Marchés français ouverture 7 h 26 min
  • Dow Jones

    34 347,03
    +152,93 (+0,45 %)
     
  • Nasdaq

    11 226,36
    -58,94 (-0,52 %)
     
  • Nikkei 225

    28 171,86
    -111,17 (-0,39 %)
     
  • EUR/USD

    1,0385
    -0,0019 (-0,19 %)
     
  • HANG SENG

    17 573,58
    -87,32 (-0,49 %)
     
  • BTC-EUR

    15 872,05
    -116,61 (-0,73 %)
     
  • CMC Crypto 200

    387,58
    +4,93 (+1,29 %)
     
  • S&P 500

    4 026,12
    -1,14 (-0,03 %)
     

Le prix du blé bondit après le retrait de la Russie de l'accord sur les exportations ukrainiennes

UKRAINIAN PRESIDENTIAL PRESS SER

La Russie utilise une nouvelle fois l'arme alimentaire dans le conflit avec l'Ukraine, et a annoncé samedi suspendre l'accord sur les exportations de céréales des ports ukrainiens en raison d'une attaque de drones sur ses navires en Crimée annexée.

Avant l'ouverture de la Bourse de Chicago, le cours du blé bondissait de 5,88% à 8,8 dollars le boisseau vers 09H15 GMT dans les échanges électroniques, tandis que le maïs prenait 2,46%, à 7 dollars le boisseau. Sur Euronext, les prix du blé augmentaient aussi de 3,6%, à 350 euros la tonne.

"Le marché n'aime pas l'incertitude, le risque, et cette annonce en remet une grosse couche, donc il devrait intégrer une prime de risque en attendant d'y voir plus clair", estime auprès de l'AFP Sébastien Poncelet, du cabinet Agritel. "Il est encore un peu tôt pour mesurer toutes les conséquences d'autant plus que ces tensions ne vont pas inciter les vendeurs à alimenter le marché", note Edward de St Denis, de la société de courtage Plantureux et Associés. L'accord céréalier, conclu en juillet sous égide de l'ONU et de la Turquie, avait permis l'exportation de plusieurs millions de tonnes de céréales coincées dans les ports ukrainiens depuis le début du conflit en février.

Passage en force ?

Depuis l'annonce de Moscou, deux cargos chargés de céréales ont quitté lundi les ports ukrainiens et emprunté le corridor maritime humanitaire à destination de la Turquie, selon le site spécialisé Marine traffic. Mais d'après Sébastien Poncelet, cela ne signifie pas que le trafic maritime va se poursuivre pour autant. "Il faut le temps d'y voir plus clair: est-ce que les bateaux passent en force? Lorsqu'ils sont chargés peut-être qu'ils partent quand même, mais est-ce que les opérateurs vont en charger de nouveaux ?"

Lire aussi Ukraine/Céréales: Après le blocage russe, Paris veut accentuer les exports terrestres

Douze cargos doivent quitter dans la journée les ports d'Ukraine et quatre autres se diriger vers eux, dont l'un, sous pavillon turc, a déjà pris la mer, a précisé le Centre de coordination conjointe (JCC), chargé de superviser l'accord sur les exportations de céréales ukrainiennes via la mer Noire.

Le président Zelensky a assuré dimanche que l'attitude de la Russie risquait de ren[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi