La bourse ferme dans 3 h 54 min
  • CAC 40

    6 347,84
    +49,20 (+0,78 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 677,10
    +29,54 (+0,81 %)
     
  • Dow Jones

    32 120,28
    +191,66 (+0,60 %)
     
  • EUR/USD

    1,0712
    +0,0027 (+0,26 %)
     
  • Gold future

    1 841,60
    -4,70 (-0,25 %)
     
  • BTC-EUR

    27 114,45
    -627,88 (-2,26 %)
     
  • CMC Crypto 200

    634,67
    -36,33 (-5,41 %)
     
  • Pétrole WTI

    111,19
    +0,86 (+0,78 %)
     
  • DAX

    14 106,43
    +98,50 (+0,70 %)
     
  • FTSE 100

    7 523,95
    +1,20 (+0,02 %)
     
  • Nasdaq

    11 434,74
    +170,29 (+1,51 %)
     
  • S&P 500

    3 978,73
    +37,25 (+0,95 %)
     
  • Nikkei 225

    26 604,84
    -72,96 (-0,27 %)
     
  • HANG SENG

    20 116,20
    -55,07 (-0,27 %)
     
  • GBP/USD

    1,2612
    +0,0033 (+0,26 %)
     

Privé de personnel, cet hôpital va offrir une belle prime aux soignants qui acceptent de décaler leurs vacances

En manque de personnel à l'approche de la période estivale, le centre hospitalier Yves-Le Foll de Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor) va offrir une jolie prime aux membres du personnel de santé qui accepteront de décaler leurs vacances d'été, rapporte Ouest-France. Malgré le plan blanc déclenché depuis le début de la pandémie de Covid-19, l'hôpital est toujours sous pression et doit encore déprogrammer certaines opérations.

Alors, pour faire face à l'afflux de touristes qui se profile, la direction du centre hospitalier a promis une prime de 350 euros aux infirmiers et aides-soignants qui accepteront de décaler leurs vacances estivales après le 15 septembre. En optant pour cette stratégie, la direction espère "assurer la continuité de l’offre de soins à la population tout en permettant aux agents de partir en congés".

Outre cette prime, le centre hospitalier Yves-Le Foll propose également à ses employés de mettre à disposition des hébergements "pour les candidats éloignés des établissements à titre gracieux si nécessaire", ainsi qu'une "surmajoration de 30 % d’une partie des heures supplémentaires" et un allongement à un an de la durée de leur contrat, détaille le quotidien régional.

Mais pour les syndicats, qui évoquent un hôpital à l'agonie, avec plus de 400 agents en arrêt maladie, soit 12 % de l'effectif, ces mesures "ne feront qu’affaiblir les forces des professionnels déjà bien mis à mal". "Nous voulons la création d’emplois pérennes et de meilleures conditions de travail, pas ces (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le ministère des Armées aurait signé un gros contrat avec 16 cabinets de conseil
Covid-19 : deux nouveaux variants provoquent un pic de cas en Afrique du Sud
CARTES. Covid-19 : la décrue de l’épidémie se confirme, la pression hospitalière se relâche
Une arnaque au canapé fait des victimes sur Google Shopping
Russie : l'Iliouchine II-80, l'avion utilisé en cas de guerre nucléaire, a volé au-dessus de Moscou

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles