Marchés français ouverture 4 h 9 min
  • Dow Jones

    33 821,30
    -256,33 (-0,75 %)
     
  • Nasdaq

    13 786,27
    -128,50 (-0,92 %)
     
  • Nikkei 225

    28 462,20
    -638,18 (-2,19 %)
     
  • EUR/USD

    1,2035
    -0,0006 (-0,05 %)
     
  • HANG SENG

    28 615,50
    -520,23 (-1,79 %)
     
  • BTC-EUR

    46 713,21
    +1 021,53 (+2,24 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 287,20
    +52,78 (+4,28 %)
     
  • S&P 500

    4 134,94
    -28,32 (-0,68 %)
     

Le Pritzker couronne l'architecture de la sobriété

·2 min de lecture

Anne Lacaton et Jean-Philippe Vassal. Les architectes français récompensés par le prix Pritzker privilégient la transformation de logements existants en milieu urbain.

A ceux qui doutent que l'esbroufe ne soit plus de mise dans l'architecture, l'attribution du prix Pritzker au duo français Anne Lacaton et Jean-Philippe Vassal, le 16 mars, en est l'indiscutable preuve. Cette récompense pour l'ensemble de leur œuvre signe en effet l'avènement de la simplicité mêlée à la générosité.

« Less is more » ( « moins, c'est plus » ), avait décrété en son temps le grand architecte américain Mies van der Rohe. Ce pourrait être le slogan de ce couple qui conçoit des espaces généreux avec des budgets modestes. Cela sans négliger l'environnement désormais au cœur des enjeux de la construction. « Leur travail, qui répond aux urgences climatiques et écologiques de notre temps autant qu'à ses urgences sociales, en particulier dans le domaine du logement urbain, redonne de la vigueur aux espoirs et aux rêves modernistes d'amélioration de la vie du plus grand nombre », a estimé le jury de ce prix fondé en 1979, doté de 100 000 dollars de récompense.

Parfaitement dans leur époque, Lacaton et Vassal privilégient la transformation et l'amélioration de logements existants en milieu urbain, au détriment du neuf, comme d'autres recyclent les vêtements, l'électroménager ou les téléphones avec beaucoup de succès. C'est ce principe que le tandem d'architectes a appliqué en 2011 à la tour Bois-Le-Prêtre, un immeuble de quelque 100 logements construits au début des années 1960 arrondissement de Paris. Ils en augmentèrent la superficie et améliorèrent le confort des appartements en retirant la façade de béton d'origine et en ajoutant des extensions chauffées, des jardins d'hiver et des balcons bioclimatiques. Un travail qu'ils reprendront à plus grande échelle à la Cité du Grand Parc de Bordeaux, et qui est en train de faire école.

Repères

Anne Lacaton, 65 ans, et Jean-Philippe Vassal, 67 ans, se sont rencontrés à la fin des années 1970 à l'Ecole nationale supérieure d'architecture de Bordeaux, dont ils sont diplômés. Architectes et urbanistes, ils ont créé leur [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi