La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 009,45
    -83,51 (-0,24 %)
     
  • Nasdaq

    12 216,78
    +400,46 (+3,39 %)
     
  • Nikkei 225

    27 402,05
    +55,17 (+0,20 %)
     
  • EUR/USD

    1,0924
    -0,0070 (-0,63 %)
     
  • HANG SENG

    21 958,36
    -113,82 (-0,52 %)
     
  • BTC-EUR

    21 999,64
    +714,37 (+3,36 %)
     
  • CMC Crypto 200

    549,74
    +4,43 (+0,81 %)
     
  • S&P 500

    4 183,03
    +63,82 (+1,55 %)
     

"Prise illégale d'intérêts": Jean Rottner (LR), ex-président de la Région Grand Est, en pleine tempête

SEBASTIEN BOZON / AFP

Le président de la Région Grand Est, depuis qu'il a quitté ses fonctions, est sous le feu des critiques. On lui reproche sa reconversion express dans le privé. Et, après une enquête du média Rue89 Strasbourg, une plainte pour "prise illégale d'intérêts" a été déposée contre lui.

La retraite politique de Jean Rottner, ancien président de la Région Grand Est, ne se passe sans doute pas aussi calmement qu'il l'aurait souhaité. Alors que son successeur, le centriste Franck Leroy, vient d'être désigné, le membre des Républicains n'arrive pas à s'extirper des polémiques. La dernière en date: une plainte pour "prise illégale d'intérêts" déposée ce 13 janvier 2022 par l'association "AC!! Anti-Corruption".

Rappel des faits. Jean Rottner (LR) avait annoncé le 20 décembre qu'il quittait la vie publique et se retirait de "l'ensemble de (ses) mandats" en raison "d'impératifs familiaux", avant d'annoncer quelques jours après rejoindre le cabinet de conseil et promoteur immobilier Réalités, une annonce qui a suscité une pluie de critiques chez les élus régionaux. Il avait obtenu un avis "compatible avec réserve" de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) pour rejoindre Réalités. Première polémique.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Un poste de consultant qui suscite de nombreuses questions

Le 10 janvier, Rue89 Strasbourg fait de nouvelles révélations. Le média en ligne affirme que l'homme politique occupait d'octobre 2019 à mars 2022 un poste de consultant au sein d'une société, Adhoc, fondée par Hugues Anselin. Selon Les Dernières Nouvelles d'Alsace (DNA) et Rue89 Strasbourg, auquel Jean Rottner a confirmé sa collaboration avec Adhoc, cette activité lui aurait rapporté 150.000 euros.

Dans le même temps, une autre société de chasseurs de tête, coprésidée par Hugues Anselin, a travaillé pour la région présidée par Jean Rottner, indiquent les deux médias. Selon les DNA, ce cabinet aurait notamment remporté un marché de recrutement pour le compte de la région de six cadres, "d'un montant de 60.000 euros".

L'association AC!! Anti-Corruption à la manœuvre

Interrogé par Rue89, Hugues Anselin a indiqué que le cabinet de recrutement "avait déjà la Région A[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi