La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 727,52
    +42,31 (+0,63 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 182,91
    +33,85 (+0,82 %)
     
  • Dow Jones

    35 294,76
    +382,20 (+1,09 %)
     
  • EUR/USD

    1,1606
    +0,0005 (+0,05 %)
     
  • Gold future

    1 768,10
    -29,80 (-1,66 %)
     
  • BTC-EUR

    53 030,89
    +1 861,20 (+3,64 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 464,06
    +57,32 (+4,07 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,66
    +1,35 (+1,66 %)
     
  • DAX

    15 587,36
    +124,64 (+0,81 %)
     
  • FTSE 100

    7 234,03
    +26,32 (+0,37 %)
     
  • Nasdaq

    14 897,34
    +73,91 (+0,50 %)
     
  • S&P 500

    4 471,37
    +33,11 (+0,75 %)
     
  • Nikkei 225

    29 068,63
    +517,70 (+1,81 %)
     
  • HANG SENG

    25 330,96
    +368,37 (+1,48 %)
     
  • GBP/USD

    1,3751
    +0,0074 (+0,54 %)
     

Le prince Charles, un “père absent” pour William et Harry ? Sa face sombre dévoilée

·1 min de lecture

Si les princes Charles, William et Harry se sont éloignés ces dernières années, les tensions qui gangrènent leurs liens remontent à l'enfance. Robert Lacey, historien, auteur de Guerre royale, mensonges et trahisons (publié aux éditions Albin Michel), et consultant pour la série The Crown, a dressé le portrait d'un "père absent" dans une interview à Madame Figaro, le lundi 20 septembre 2021. Selon l'expert, il était "peu présent, peu impliqué". Sa vie personnelle tumultueuse a pris le dessus sur son rôle de père : "Entre 1997, l'année de la mort de Diana, et 2005, celle de son deuxième mariage, la priorité de Charles a été de faire en sorte que Camilla soit acceptée par les Anglais." "Cela a eu deux conséquences sur sa paternité : la première, c’est qu’il a eu moins de temps et d’énergie affective pour ses fils, qu'il laissait faire", a-t-il déclaré, faisant référence à des problèmes d'alcool que les deux frères ont eus pendant l'adolescence, d'après lui.

Dans la sphère publique, l'histoire a été réécrite pour redorer l'image du futur roi d'Angleterre : "La deuxième, c’est que ses communicants ne se sont pas gênés pour déformer les faits familiaux en la faveur de Charles."

Le prince Harry, qui a été en proie à des dépendances entre ses 28 et ses 32 ans, n'a pas reçu le soutien de son père lorsque ces problèmes ont éclaté. "Quand Harry a commencé à avoir des problèmes d'addiction à 16 ans, c'est Mark Dyer qui l'a discrètement accompagné dans un centre de désintoxication, Charles (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles