La bourse est fermée

Prime de départ en retraite : vers la fin de l'étalement des impôts

Charles MULLER
1 / 1

Prime de départ en retraite : vers la fin de l'étalement des impôts

Les retraités qui ont la chance de toucher une prime de départ la perçoivent généralement avec leur dernier salaire. Jusqu’ici, au moment de la déclaration des revenus, ils peuvent choisir de n'en déclarer qu'un quart, ce qui réduit fortement l'impôt dû au titre de l'année du départ en retraite. Le reste de la prime est à déclarer les trois années suivantes, à raison d'un quart par an. On parle d'étalement. Cette technique se révèle souvent gagnante car votre taux d’imposition risque d’être plus élevé en fin de carrière qu'à la retraite. C’est logique : on gagne plus, donc on paye plus d’impôts. Il est donc judicieux de « décaler » l'imposition de la prime de départ sur des années où la pression fiscale sera normalement plus faible.

Le prélèvement à la source change la donne !

Mais cette possibilité va disparaître en 2020. Seules les primes perçues jusqu'au 31 décembre 2019 pourront encore bénéficier du dispositif. Le projet de loi de finances pour l'année à venir, validé en première lecture par les députés, acte sa suppression estimant à l'article 7 qu'il n'est pas adapté au contexte du prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu. Et pour cause. Comme la prime de départ est versée sur la dernière fiche de paie, celle-ci se voit amputée par le prélèvement à la source sur son montant global et non sur un seul quart. Résultat, le trop-payé sera remboursé seulement l'été suivant après la déclaration de revenus effectuée au printemps.

Lire la suite sur MoneyVox

Voir également
- Assurance vie : le top 5 des contrats 100% sans risque
- Compte bancaire : les chiffres chocs de la fraude
- Calendrier : combien donner aux facteurs et aux pompiers ?