La bourse ferme dans 3 h 22 min
  • CAC 40

    5 569,05
    +76,90 (+1,40 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 505,36
    +42,32 (+1,22 %)
     
  • Dow Jones

    29 591,27
    +327,79 (+1,12 %)
     
  • EUR/USD

    1,1869
    +0,0024 (+0,20 %)
     
  • Gold future

    1 808,20
    -29,60 (-1,61 %)
     
  • BTC-EUR

    16 159,38
    +578,25 (+3,71 %)
     
  • CMC Crypto 200

    377,79
    +16,36 (+4,53 %)
     
  • Pétrole WTI

    43,65
    +0,59 (+1,37 %)
     
  • DAX

    13 258,54
    +131,57 (+1,00 %)
     
  • FTSE 100

    6 407,11
    +73,27 (+1,16 %)
     
  • Nasdaq

    11 880,63
    +25,66 (+0,22 %)
     
  • S&P 500

    3 577,59
    +20,05 (+0,56 %)
     
  • Nikkei 225

    26 165,59
    +638,22 (+2,50 %)
     
  • HANG SENG

    26 588,20
    +102,00 (+0,39 %)
     
  • GBP/USD

    1,3327
    +0,0005 (+0,04 %)
     

Primark ne veut toujours pas lancer son site de vente en ligne malgré la crise

·2 min de lecture

Le chiffre d'affaires de l'enseigne de produits textiles Primark s'est effondré de 24% entre octobre 2019 et septembre 2020. Une mauvaise nouvelle liée essentiellement à la pandémie de coronavirus. Durant les confinements du printemps dernier, le groupe irlandais a dû fermer la majorité de ses 384 magasins dans le monde, notamment ses 19 points de vente français. Si les ventes de Primark sur cette période ont atteint 5,9 milliards de livres sterling, soit environ 6,5 milliards d'euros, elles auraient diminué en une année de plus de 2 milliards d'euros, selon l'agence Reuters relayée par l'Usine Nouvelle.

Présents actuellement dans 13 pays, Primark vend ses vêtements à bas prix uniquement dans ses 384 magasins physiques. Il n'existe en effet pas de site e-commerce pour l'enseigne, contrairement à ses concurrents comme H&M, ou encore La Halle ou Kiabi en France. Avec la deuxième vague de la pandémie et le retour de confinements un peu partout en Europe, la stratégie de l'enseigne à ce sujet aurait pu évoluer. Il n'en est rien : Primark ne se lancera pas dans la vente en ligne, considérant que ce n'est pas rentable compte tenu des faibles prix de vente de ses articles.

À lire aussi — Les rayons non-essentiels qui ferment dans les supermarchés et ceux qui restent ouverts

"Je pense que le Covid-19 a plus démontré la force de Primark que sa faiblesse", a déclaré Georges Weston, directeur général de AB Foods, actuel propriétaire de l'enseigne. "Ce que nous avons vu avec Primark, c'est que lorsque les gens peuvent faire des achats, ils préfèrent le faire avec nous plutôt qu'en ligne", a-t-il assuré. Toujours selon lui, plus de la moitié des clients de l'enseigne n'auraient rien acheté en ligne pendant le confinement, préférant attendre que les magasins ouvrent à nouveau leurs portes.

Le groupe Primark ne compte en tout cas pas s'arrêter là malgré la crise. Si l'enseigne prévoit une chute de ses ventes de l'ordre de 375 millions de livres sterling, soit environ 416 millions d'euros, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Les Français ont énormément consommé juste avant le reconfinement, mais pas autant qu'en mars
Intermarché attaque directement Amazon dans sa pub pour son 'drive solidaire'
Les 9 États de l'UE qui devraient connaître les plus fortes récessions en 2020
Burger King veut doubler son nombre de restaurants en France
Comment des supermarchés contournent l’interdiction de vendre des produits ‘non-essentiels’ en prenant des commandes sur place