La bourse est fermée
  • Dow Jones

    35 678,05
    +187,36 (+0,53 %)
     
  • Nasdaq

    15 404,40
    +168,56 (+1,11 %)
     
  • Nikkei 225

    28 820,09
    -278,15 (-0,96 %)
     
  • EUR/USD

    1,1686
    +0,0080 (+0,69 %)
     
  • HANG SENG

    25 555,73
    -73,01 (-0,28 %)
     
  • BTC-EUR

    52 611,16
    +1 748,68 (+3,44 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 480,18
    +60,81 (+4,28 %)
     
  • S&P 500

    4 589,19
    +37,51 (+0,82 %)
     

Primaire écologiste: le second tour s'annonce rude pour Yannick Jadot

·2 min de lecture

Le premier tour des primaires écolos est une déception pour le favori des sondages Yannick Jadot. Il arrive en tête avec près de 28% des voix mais Sandrine Rousseau est à seulement deux points. L’eurodéputé doit maintenant convaincre les partisans d’Eric Piolle et de Delphine Batho de voter pour lui. Une gageure: le maire de Grenoble et la députée Génération Ecologie campent sur des positions aux antipodes des siennes.

Yannick Jadot n’a pas tué le match. Ce soir l’eurodéputé se retrouve en tête de la primaire du pôle écologiste. Mais son score (27,7%) est décevant. Il se retrouve dans un second tour incertain face à l’économiste Sandrine Rousseau (25,14%). La députée Delphine Batho de Génération Ecologie obtient 22,32% des voix, le maire de Grenoble Eric Piolle - qui a longtemps fait figure de favori aux côtés de Jadot - 22,29%, et l'entrepreneur Jean-Marc Governatori 2,35%. Quatre candidats se retrouvent donc dans un mouchoir de poche.

Les adversaires des écolos n’auraient pas pu rêver meilleur scénario. Les Verts vont-ils à nouveau se tirer une balle de pied en éliminant le candidat susceptible de rassembler le plus de suffrages sur son nom lors de la présidentielle ? Par le passé, les favoris des sondages avaient été impitoyablement éliminés. Ainsi, en 2016, Cécile Duflot mordit la poussière devant Yannick Jadot. Cinq ans plus tôt, l’icône Nicolas Hulot fut devancé par l’improbable Eva Joly. Mais il y avait alors seulement 17.000 électeurs inscrits à la primaire. Cette fois, ils étaient 122.000.

Un nombre suffisamment important pour annihiler les jeux d’appareils et les tentatives de manipulation, pensait-on. Certains proches de Yannick Jadot craignaient que le PS et la droite s’immiscent dans le scrutin pour faire monter artificiellement Sandrine Rousseau. Difficile de dire aujourd’hui si ce scénario s’est effectivement réalisé.

Une primaire "feel good" pour la cause écologiste.

Personnalité radicale et clivante, héraut de l’« écoféminisme », Sandrine Rousseau a su attirer la lumière. Elle a présenté sa candidature sous le signe de l’humiliation. «Le déclencheur a été la nomination de Gérald Darmanin, accusé de viol au ministère de l’Intérieur. Une humiliation pour toutes les femmes qui avaient dénoncé des violences dans le cadre de #MeToo.» Elle a fait le buzz en se déclarant victime d’une bousculade des partisans d’Eric Piolle puis dans son message de condoléances à Jean-[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles