Marchés français ouverture 7 h 54 min
  • Dow Jones

    35 741,15
    +64,13 (+0,18 %)
     
  • Nasdaq

    15 226,71
    +136,51 (+0,90 %)
     
  • Nikkei 225

    28 600,41
    -204,44 (-0,71 %)
     
  • EUR/USD

    1,1610
    -0,0035 (-0,30 %)
     
  • HANG SENG

    26 132,03
    +5,10 (+0,02 %)
     
  • BTC-EUR

    54 278,18
    +1 497,98 (+2,84 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 502,82
    +1 260,14 (+519,26 %)
     
  • S&P 500

    4 566,48
    +21,58 (+0,47 %)
     

Primaire écologiste : Sandrine Rousseau ou le gauchisme en voie de consécration

·2 min de lecture

La percée de « l’écoféministe » Sandrine Rousseau annonce une bagarre serrée au second tour face à Yannick Jadot. Et confirme l'éternelle difficulté des Verts à se choisir un candidat susceptible de faire un score ambitieux à la présidentielle. Rassurant pour Jean-Luc Mélenchon... et surtout Anne Hidalgo qui pariait sur la fracture chez les Verts pour récupérer leurs électeurs plus modérés.

Enfin une bonne nouvelle pour Anne Hidalgo, qui en avait bien besoin. D’ailleurs, la candidate socialiste à l’élection présidentielle y comptait, ainsi que l’état-major du PS : un , qui sort tout juste en tête (27,70% des voix), à l'issue du premier tour. Et un gros pour les radicaux sur ses talons, « l’écoféministe » Sandrine Rousseau, d’abord, avec 25,14%, ainsi qualifiée pour le second tour, avec de fortes chances de triompher; suivie du maire de Grenoble Eric Piolle (22,91%) et de l’ex-ministre socialiste Delphine Batho (22,32%). Les électeurs de Piolle et de Batho, l’un et l’autre tenants d’une ligne écolo « dure », devraient plutôt se reporter sur Rousseau. Ils exècrent en effet le « centrisme » de Jadot…

C’est donc une leçon de choses politique. Ainsi Yannick Jadot, le plus présidentiable des Verts, celui qui tente depuis des mois de défendre une écologie de gouvernement. Celui-là parait condamné ou, au mieux, en grande difficulté, face aux écologistes de rupture. Et en dépit des proclamations d’unité, c’est bien une division profonde qui se révèle. Et elle menace de divisions, de déchirure, de séparation, un parti qui, aujourd’hui, pourrait et devrait être porté par des millions de Français qui ont fait de l’écologie leur principale préoccupation citoyenne. Mais le parti Vert reste toujours aussi incapable de faire sa mue, de se transformer en force centrale de gouvernement. C’est cela qui rassure Anne Hidalgo et sans aucun doute Jean-Luc Mélenchon: si, dans quelques jours, Sandrine Rousseau triomphe au second tour de la primaire, elle ne sera évidemment pas en mesure de contester leur éventuel leadership à gauche.

La participation plus large que précédemment à ce premier tour de la primaire (122 000 votants contre 17 000 en 2016), n’aura donc pas modifié le déséquilibre chronique du parti Vert. Ses électeurs actuels et potentiels sont plutôt « centre gauche » alors que ses militants restent marqués par une histoire gauchiste. Le résultat de Yannick Jadot [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles