La bourse ferme dans 4 h 1 min

Prestations familiales, aides au logement, prime d’activité… les gagnants et les perdants des dernières revalorisations

La revalorisation des prestations sociales est souvent une bonne nouvelle pour le portefeuille des ménages. Sauf si, ces dernières s’accompagnent de mesures plus discrètes comme une baisse des plafonds de ressources pour les obtenir. C’est pourquoi, d’après l’Insee, ces augmentations de prestations sociales ont fait des gagnants et des perdants. Voici qui a vraiment profité de ces mesures, prestation par prestation.

Prestations familiales : les classes moyennes sont perdantes

En 2018, les prestations familiales ont fait l’objet de plusieurs évolutions. Ainsi, au 1er avril 2018, les montants du complément familial majoré, versé aux familles ayant au moins trois enfants à charge et sous conditions de ressources ainsi que l’allocation de soutien familial (ASF), versée aux enfants privées de l’aide d’au moins l’un de leurs parents, ont bénéficié d’une meilleure revalorisation que les années précédentes. Ces revalorisations font, d’après l’Insee “près d’un million de ménages gagnants, pour un gain moyen annuel de 140 euros”. Dans le détail, cette revalorisation a profité principalement aux familles monoparentales, aux 20% des personnes les plus modestes, aux chômeurs et aux inactifs non retraités. Ces ménages sont principalement des familles monoparentales pointe l’Insee.

La prestation d’accueil du jeune enfant (Paje) a elle aussi évolué. Les plafonds de ressources de l’allocation de base et de la prime de naissance ont été abaissés et le montant de l’allocation de base à taux plein a été diminué alors que celui de la prime de naissance a été revalorisé. Si d’après l’Insee cette réforme a fait gagné 120.000 ménages, l’Institut a recensé 1,6 million de ménages perdants avec un perte annuelle moyenne de 270 euros. “Les pertes des ménages concernés par la baisse des plafonds de ressources sont beaucoup plus importantes, car ils perdent le bénéfice entier de la prestation avec de forts effets de seuil”, relève l’Institut.

>> Notre service - Un test pour connaître son profil d’épargnant

(...) Cliquez ici pour voir la suite