La bourse ferme dans 5 h 18 min
  • CAC 40

    5 665,75
    -88,07 (-1,53 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 268,40
    -60,25 (-1,81 %)
     
  • Dow Jones

    29 134,99
    -125,82 (-0,43 %)
     
  • EUR/USD

    0,9580
    -0,0017 (-0,18 %)
     
  • Gold future

    1 627,60
    -8,60 (-0,53 %)
     
  • BTC-EUR

    19 514,74
    -1 726,07 (-8,13 %)
     
  • CMC Crypto 200

    427,07
    -32,07 (-6,98 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,39
    -0,11 (-0,14 %)
     
  • DAX

    11 891,31
    -248,37 (-2,05 %)
     
  • FTSE 100

    6 852,00
    -132,59 (-1,90 %)
     
  • Nasdaq

    10 829,50
    +26,58 (+0,25 %)
     
  • S&P 500

    3 647,29
    -7,75 (-0,21 %)
     
  • Nikkei 225

    26 173,98
    -397,89 (-1,50 %)
     
  • HANG SENG

    17 250,88
    -609,43 (-3,41 %)
     
  • GBP/USD

    1,0677
    -0,0054 (-0,50 %)
     

La pression monte à nouveau d'un cran entre la Chine et Taiwan

AFP - Sam Yeh

L'armée taïwanaise a abattu jeudi pour la première fois un drone civil non identifié qui avait pénétré dans son espace aérien près d'un îlot au large des côtes chinoises, illustration de la détermination affichée par le gouvernement taïwanais à faire face à la multiplication de ces intrusions.

"Plus ils approcheront, plus nous riposterons. En ce qui concerne les navires et les avions chinois qui pénétreront nos eaux ou notre espace aérien, l’armée nationale exercera son droit à se défendre et à contre-attaquer sans exception": ce mercredi 31 août, le militaire taiwanais Lin Wen-Huang a été sans ambiguïtés face aux provocations de l’Armée de libération populaire chinoise. L'armée taïwanaise n'a pas attendu longtemps avant de mettre en pratique son avertissement. Pour la première fois, elle a abattu jeudi un drone civil non identifié qui avait pénétré dans son espace aérien près d'un îlot au large des côtes chinoises, illustration de la détermination affichée par le gouvernement taïwanais à faire face à la multiplication de ces intrusions. La veille, ses troupes avaient effectué des tirs de semonce en direction d’un drone de surveillance chinois proche de l’île, le forçant à battre en retraite vers le continent.

Un mois après la visite de la présidente de la chambre des Représentants américaine Nancy Pelosi à Taïpei, la tension est à son comble entre la Chine et Taïwan. Et tout indique que la région n’assiste pas à une brusque montée de fièvre temporaire, mais à l’installation d’un état d’hostilité très élevée, et permanente, des deux côtés du détroit. Une situation que résume Dee Wu, jeune chercheur taïwanais à l’institut japonais GRIPS et cadre du Parti Démocrate Progressiste (au pouvoir), par la formule suivante: "ce qui est normal a changé".

La visite explosive de Nancy Pelosi

La raison? Côté Chine, a mis le feu aux poudres. Pékin n’a pas eu de mots assez durs pour cette visite "folle, irrationnelle et irresponsable", pour se borner aux formules du ministre des Affaires étrangères chinois Wang Yi. Le régime communiste a suivi ladite mission d’exercices militaires autour de l’île d’une ampleur sans précédent depuis un quart de siècle, laissant sa chasse aérienne frôler Taiwan, et ses bateaux traverser allègrement la ligne médiane qui coupe en deux le d[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi