La bourse ferme dans 43 min
  • CAC 40

    6 552,72
    +96,91 (+1,50 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 096,15
    +52,52 (+1,30 %)
     
  • Dow Jones

    34 030,14
    +59,67 (+0,18 %)
     
  • EUR/USD

    1,1727
    0,0000 (-0,00 %)
     
  • Gold future

    1 776,60
    +12,80 (+0,73 %)
     
  • BTC-EUR

    36 363,87
    -1 342,10 (-3,56 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 066,14
    +2,30 (+0,22 %)
     
  • Pétrole WTI

    69,87
    -0,42 (-0,60 %)
     
  • DAX

    15 355,79
    +223,73 (+1,48 %)
     
  • FTSE 100

    6 980,50
    +76,59 (+1,11 %)
     
  • Nasdaq

    14 753,12
    +39,21 (+0,27 %)
     
  • S&P 500

    4 361,98
    +4,25 (+0,10 %)
     
  • Nikkei 225

    29 839,71
    -660,34 (-2,17 %)
     
  • HANG SENG

    24 221,54
    +122,40 (+0,51 %)
     
  • GBP/USD

    1,3654
    -0,0006 (-0,04 %)
     

La pression, les larmes et le décès d’un proche… "la semaine d’enfer" de Simone Biles

·2 min de lecture

Simone Biles a terminé ses Jeux Olympiques avec une médaille de bronze à la poutre, à l’issue d’une semaine très compliquée au cours de laquelle elle a déclaré forfait dans la majorité des épreuves en raison de sa santé mentale.

Elle était la personnalité la plus attendue des Jeux Olympiques de Tokyo. Simone Biles, superstar de la gymnastique, espérait gagner l’or et battre des records. Mais dès le début de la compétition par équipe, l’Américaine a annoncé qu’elle déclarait forfait afin de protéger sa santé mentale. Mise sous pression et observée par le monde entier, elle n’a pu prendre part qu’à l’épreuve de poutre en individuel mardi suite à laquelle elle a remporté le bronze. Une médaille qui vient conclure une semaine particulièrement compliquée pour la championne. En conférence de presse, elle a expliqué que les athlètes n’étaient «pas juste des personnes qui font le spectacle, mais avant tout des humains». «Ma santé mentale et physique est plus important que n’importe quelle médaille», a-t-elle déclaré.

A lire :Le courage de Simone Biles face à ses démons intérieurs

Interrogée par «People», sa coach est revenue sur ces journées «d’enfer» à Tokyo. «Nous avons beaucoup pleuré, parce que même si nous sommes heureuses pour l’équipe américaine, au fond de nous, nous avions le cœur un peu brisé de savoir qu’elle aurait pu être là et qu’elle aurait pu, elle aussi, gagner des médailles», a-t-elle commenté. Cecile Canqueteau-Landi a salué l’attitude de sa championne, qui a été «la meilleure supportrice». «Elle voulait être là, elle n’a pas été forcée. Elle voulait être là et nous sommes très fiers d’elle».

La perte d'un proche

En plus de devoir subir une pression devenue trop forte et de vivre avec le souvenir des abus sexuels subis il y a quelques années par le docteur Larry Nassar – condamné pour avoir agressé des centaines de jeunes gymnastes sans aucune sanction de la Fédération durant des années – Simone Biles a également appris une(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles