La bourse est fermée
  • Dow Jones

    29 616,76
    +481,77 (+1,65 %)
     
  • Nasdaq

    10 991,16
    +161,66 (+1,49 %)
     
  • Nikkei 225

    26 173,98
    -397,89 (-1,50 %)
     
  • EUR/USD

    0,9744
    +0,0146 (+1,52 %)
     
  • HANG SENG

    17 250,88
    -609,43 (-3,41 %)
     
  • BTC-EUR

    20 099,67
    +467,47 (+2,38 %)
     
  • CMC Crypto 200

    445,96
    +17,18 (+4,01 %)
     
  • S&P 500

    3 707,30
    +60,01 (+1,65 %)
     

Sous pression en Chine, Apple joue la carte de l'Inde

Mis sous pression par la Chine, Apple relocalise à Chennai en Inde la production de l'iPhone 14. Un choix spectaculaire qui le renforce sur un marché prometteur.

Dans le Tamil Nadu, l'électronique fait revivre Chennai. La capitale de la région tamoule est devenue l'un des centres industriels du pays. Son ouverture sur l'Asie, à travers le golfe du Bengale, a joué son rôle. Par sa situation, Chennai attire aujourd'hui les producteurs du monde entier grâce à sa main-d'œuvre bon marché et la présence de nombreux sous-traitants. Il ne manquait qu'un grand nom de la tech pour officialiser cet envol. s'en est chargé. Le 7 septembre, le géant californien présentera au monde son . Un objet dont la production ne sera plus exclusivement assemblée en Chine.

Impasse diplomatique

Une petite révolution dans les habitudes de la marque. Apple devrait transférer une partie de ses capacités en Inde à partir du mois d'octobre, et les usines de son sous-traitant taïwanais Foxconn commenceront à livrer dans le pays leurs premiers iPhones 14 à l'automne, selon l'analyste Ming-Chi Kuo, du cabinet TF International Securities. Presque en même temps qu'en Chine. L'écart n'avait jamais été aussi réduit. Ce choix reflète les ambitions d'Apple, mais aussi, et surtout, ses inquiétudes.

Car la visite de Nancy Pelosi à Taïwan, début août, a endommagé les relations entre la Chine et les Etats-Unis. La présidente de la Chambre des représentants américaine a notamment irrité les autorités chinoises en rencontrant plusieurs sous-traitants d’Apple, dont le fabricant de puces TSMC et l’entreprise Pegatron. Mis sous pression par Pékin, la marque aura le plus grand mal à se tirer de cette impasse diplomatique, subissant en représailles plusieurs contrôles d’étiquetage des autorités à l’arrivée de ses produits en Chine. Un ultime avertissement pour son PDG, Tim Cook, et un signal clair envoyé au président américain Joe Biden. De quoi faire réfléchir Apple, qui ne s'était encore jamais retrouvé face à un tel dilemme.

Dans l'impossibilité de quitter la Chine, le groupe américain devra céder aux caprices de Pékin. Mais il lui faut diversifier sa production, au risque[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi