La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 287,07
    +52,93 (+0,85 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 032,99
    +39,56 (+0,99 %)
     
  • Dow Jones

    34 200,67
    +164,68 (+0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,1980
    +0,0004 (+0,04 %)
     
  • Gold future

    1 777,30
    +10,50 (+0,59 %)
     
  • BTC-EUR

    51 983,57
    +373,25 (+0,72 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,97
    +7,26 (+0,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,07
    -0,39 (-0,61 %)
     
  • DAX

    15 459,75
    +204,42 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 019,53
    +36,03 (+0,52 %)
     
  • Nasdaq

    14 052,34
    +13,58 (+0,10 %)
     
  • S&P 500

    4 185,47
    +15,05 (+0,36 %)
     
  • Nikkei 225

    29 683,37
    +40,68 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    28 969,71
    +176,57 (+0,61 %)
     
  • GBP/USD

    1,3842
    +0,0058 (+0,42 %)
     

Sous pression américaine, les Émirats arabes unis rebattent leurs cartes en Libye

·1 min de lecture

Depuis plusieurs jours, les Émirats arabes unis multiplient les déclarations affirmant que cette riche monarchie du Golfe est en train de se désengager des pays où elle est militairement impliquée : le Yémen, l’Érythrée et surtout la Libye. La presse américaine publie de multiples déclarations de responsables émiriens qui vont dans le sens de ce désengagement qui résulte, selon plusieurs observateurs, de pressions américaines de l’administration Biden.

Sous pression des États-Unis, les Émirats rebattent leurs cartes en Libye. Ils ont diminué le nombre des vols vers l’est libyen et suspendu leur soutien logistique au maréchal Khalifa Haftar.

Le soutien militaire et financier d’Abou Dhabi aux côtés de l'homme fort de l'Est libyen était indéfectible depuis 2014. Une implication qui a été pointée à plusieurs reprises par les rapports des Nations unies.

Cependant, depuis mai 2020 et la perte de la bataille de Tripoli, un froid s’est installé dans leurs relations. Abou Dhabi a perdu confiance dans les capacités militaires du maréchal.

Selon le quotidien qatarien Alarabi al-Jadid, les deux fils militaires de Khalifa Haftar étaient à Abou Dhabi cette semaine. L'article dit que, sur place, on leur a demandé de licencier 5 000 mercenaires soudanais et tchadiens. Des forces suppléantes de l’Armée nationale libyenne dirigée par Khalifa Haftar et financées par les Émirats.

D'autres informations venant de Benghazi affirment que Khalifa Haftar baisserait aussi les salaires de ses troupes après la réduction des financements émiriens.