La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 285,24
    +12,53 (+0,20 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 657,03
    +16,48 (+0,45 %)
     
  • Dow Jones

    31 261,90
    +8,77 (+0,03 %)
     
  • EUR/USD

    1,0562
    -0,0026 (-0,24 %)
     
  • Gold future

    1 845,10
    +3,90 (+0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    27 687,11
    -1 195,07 (-4,14 %)
     
  • CMC Crypto 200

    650,34
    -23,03 (-3,42 %)
     
  • Pétrole WTI

    112,70
    +0,49 (+0,44 %)
     
  • DAX

    13 981,91
    +99,61 (+0,72 %)
     
  • FTSE 100

    7 389,98
    +87,24 (+1,19 %)
     
  • Nasdaq

    11 354,62
    -33,88 (-0,30 %)
     
  • S&P 500

    3 901,36
    +0,57 (+0,01 %)
     
  • Nikkei 225

    26 739,03
    +336,19 (+1,27 %)
     
  • HANG SENG

    20 717,24
    +596,56 (+2,96 %)
     
  • GBP/USD

    1,2496
    +0,0021 (+0,17 %)
     

Premier tir réussi du missile Sarmat alias Satan-2

·2 min de lecture

Une « arme unique (…) qui fera réfléchir à deux fois ceux qui essayent de menacer notre pays avec une rhétorique déchaînée et agressive », voici le message qu’a fait passer le président russe Vladimir Poutine dans la foulée du premier tir du missile intercontinental RS-28 Sarmat. Plus connu par l’Occident sous l’inquiétante appellation Satan-2, ce missile à capacité nucléaire de 200 tonnes et d'une hauteur de 35 mètres, a pris son envol à Plessetk dans le nord-est de la Russie mercredi 20 avril, à 14 h 12.

Initialement son premier tir devait avoir lieu en 2021 et cinq autres essais devraient ensuite avoir lieu pour le certifier et l’intégrer dans un régiment spécifique. Lors de cet essai, le missile a atteint sa cible distante de 6.000 km dans le polygone de Koura dans l'Extrême-Orient russe. Conçu avec des composants 100 % russes, le Sarmat serait capable de passer outre les systèmes de défense antiaérien les plus modernes selon le Kremlin.

Lors de son tir d’essai le missile a atteint sa cible située 6.000 km plus loin .© Twitter MoD Russie

Un missile surveillé de près

En matière de rayon d’action, il pourrait parcourir 18.000 km et atteindre des cibles de façon très précises avec sa capacité d’embarquement d’une dizaine de têtes nucléaires manœuvrantes (mirvées). Une fois homologué, le Sarmat viendra rejoindre l’arsenal le plus inquiétant sur lequel le Kremlin communique abondamment, à savoir les missiles hypersoniques, Kinjal et Avangard.

Du côté des États-Unis, le Pentagone a tenu à minimiser l’importance de cette annonce en considérant qu’il ne s’agissait pas d’une véritable menace pour l’Occident et que cet essai s’apparentait à une manœuvre de routine dont tout le monde était au courant. Néanmoins,...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles