La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 073,35
    +190,02 (+3,23 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 533,17
    +96,88 (+2,82 %)
     
  • Dow Jones

    31 500,68
    +823,32 (+2,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,0559
    +0,0034 (+0,33 %)
     
  • Gold future

    1 828,10
    -1,70 (-0,09 %)
     
  • BTC-EUR

    20 307,35
    -126,32 (-0,62 %)
     
  • CMC Crypto 200

    462,12
    +8,22 (+1,81 %)
     
  • Pétrole WTI

    107,06
    +2,79 (+2,68 %)
     
  • DAX

    13 118,13
    +205,54 (+1,59 %)
     
  • FTSE 100

    7 208,81
    +188,36 (+2,68 %)
     
  • Nasdaq

    11 607,62
    +375,43 (+3,34 %)
     
  • S&P 500

    3 911,74
    +116,01 (+3,06 %)
     
  • Nikkei 225

    26 491,97
    +320,72 (+1,23 %)
     
  • HANG SENG

    21 719,06
    +445,19 (+2,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,2270
    +0,0009 (+0,07 %)
     

Le premier processeur quantique a été fabriqué pour de futurs ordinateurs

Une équipe de recherche australienne a réussi à concevoir un circuit quantique inspiré d’une molécule dans la nature. Le résultat fonctionne. Mais ce n’est pas encore commercialisable.

Il aura fallu 9 ans à cette équipe de recherche pour développer leur avancée publiée le 22 juin 2022 dans Nature. Ils ont réussi à imiter la structure et les états énergétiques d’un composé organique appelé polyacétylène. Ce faisant, ils ont conçu un circuit assimilable au premier processeur quantique. Et comme le processeur de nos ordinateurs, il est un élément essentiel des futurs ordinateurs quantiques.

Le challenge est de reproduire ce qu’il se passe dans la nature. Le circuit construit par l’équipe au sein d’une puce de silicium est une chaîne de 10 points quantiques (chacun composé d’un petit nombre d’atomes de phosphore) simulant l’emplacement précis des atomes que l’on retrouve dans la chaîne d’une molécule de polyacétylène.

Il s’agissait là d’un défi scientifique : « Si l’on remonte aux années 1950, Richard Feynman [le physicien] a dit que l’on ne pouvait pas comprendre comment la nature fonctionne si l’on ne pouvait pas construire la matière à la même échelle de grandeur qu’elle », détaille Michelle Simmons, sur le site de l’université de Syndey où elle a piloté ces travaux. « Et c’est donc ce que nous faisons, nous la construisons littéralement de bas en haut, où nous imitons la molécule de polyacétylène en mettant des atomes dans le silicium avec les distances exactes.

[Lire la suite]

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles