Marchés français ouverture 6 h 57 min
  • Dow Jones

    30 932,37
    -469,63 (-1,50 %)
     
  • Nasdaq

    13 192,35
    +72,95 (+0,56 %)
     
  • Nikkei 225

    29 650,85
    +684,84 (+2,36 %)
     
  • EUR/USD

    1,2095
    +0,0007 (+0,06 %)
     
  • HANG SENG

    28 980,21
    -1 093,99 (-3,64 %)
     
  • BTC-EUR

    38 359,89
    -101,62 (-0,26 %)
     
  • CMC Crypto 200

    927,14
    -6,00 (-0,64 %)
     
  • S&P 500

    3 811,15
    -18,19 (-0,48 %)
     

Le premier moteur de fusée imprimé en 3D a été mis à feu en Inde

·2 min de lecture

Les moteurs de fusée sont difficiles à construire et ils sont encore plus compliqués à imprimer en 3D, car tous les détails doivent être "parfaits" pour que la fusée fonctionne correctement. Mais une startup spatiale indienne basée à Chennai a réussi cette tâche gigantesque. Agnikul Cosmos a réussi à lancer son moteur de fusée semi-cryogénique de niveau supérieur appelé Agnilet. "Ce moteur, Agnilet, n'est qu'une seule et même pièce et ne comporte aucune pièce assemblée", a déclaré Srinath Ravichandran, co-fondateur et PDG de l'entreprise.

Normalement, les moteurs de fusée ont des centaines de pièces différentes qui doivent être construites individuellement. Cela comprend des éléments comme les injecteurs qui injectent le carburant dans le moteur, les canaux de refroidissement qui assurent que le moteur ne surchauffe pas et le démarreur qui allume les propergols pour faire décoller la fusée du sol. L'Agnilet, en revanche, est une solution trois-en-un. Il intègre ces trois modules et les réunit dans un seul et même matériel. Il n'y a pas d'assemblage complexe et le délai d'exécution de l'ensemble est inférieur à quatre jours.

À lire aussi — L'entreprise spatiale de Jeff Bezos ouvre une nouvelle usine pour produire des moteurs de fusées

Le moteur de la fusée est capable de transporter jusqu'à 100 kilos en orbite basse (LEO), qui se situe à environ 700 kilomètres au-dessus de la surface de la Terre. Ce n'est qu'une fraction de ce que le véhicule de lancement de satellites polaires (PSLV) est capable de transporter et peut-être seulement assez pour transporter un seul satellite au maximum.

Agnikul a été la première startup spatiale indienne à conclure un accord de non-divulgation (NDA) avec le Département de l'espace (DoS) dans le cadre du nouveau Centre national indien de promotion et d'autorisation des activités spatiales (IN-SPACe).

Une autre startup spatiale est sur ses talons : Skyroot Aerospace, basée à Hyderabad, fondée par les anciens scientifiques de l'Organisation (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Les États-Unis demandent la levée de l’interdiction de WeChat
Microsoft envisagerait de racheter Pinterest pour un montant d'environ 50 Mds$
Il sera possible de payer en cryptomonnaie avec sa Mastercard chez des commerçants d'ici fin 2021
Face au succès de Clubhouse, Facebook veut créer des salons audios
TikTok ne sera finalement pas racheté par Oracle aux États-Unis grâce à Joe Biden