La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 553,86
    +9,19 (+0,14 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 776,81
    +19,76 (+0,53 %)
     
  • Dow Jones

    33 761,05
    +424,35 (+1,27 %)
     
  • EUR/USD

    1,0262
    -0,0064 (-0,62 %)
     
  • Gold future

    1 818,90
    +3,40 (+0,19 %)
     
  • BTC-EUR

    23 747,70
    -311,00 (-1,29 %)
     
  • CMC Crypto 200

    574,64
    +3,36 (+0,59 %)
     
  • Pétrole WTI

    91,88
    -0,21 (-0,23 %)
     
  • DAX

    13 795,85
    +101,35 (+0,74 %)
     
  • FTSE 100

    7 500,89
    +34,98 (+0,47 %)
     
  • Nasdaq

    13 047,19
    +267,29 (+2,09 %)
     
  • S&P 500

    4 280,15
    +72,88 (+1,73 %)
     
  • Nikkei 225

    28 546,98
    +727,68 (+2,62 %)
     
  • HANG SENG

    20 175,62
    +93,22 (+0,46 %)
     
  • GBP/USD

    1,2134
    -0,0068 (-0,56 %)
     

Voici le premier drone capable d'échapper aux systèmes anti-drones

Au début du mois, Futura évoquait le Stupor, un fusil à impulsion électromagnétique utilisé par l’armée russe pour neutraliser les drones ukrainiens sur la ligne de front dans l’Est du pays. Ce type de système vient couper la connexion entre le drone et la radiocommande de l’opérateur. Dans le cas d’un drone autonome, c’est le GPS qui est neutralisé, ce qui rend la navigation impossible. Ces armements anti-drones sont également utilisés par les services de police de nombreux pays, dont la France, pour bloquer les vols illégaux. Difficile donc pour un drone de passer le cap d’un tel système… mais pas impossible, comme vient de le démontrer la société britannique QinetiQ. Au lieu d’une liaison radio, cette entreprise du secteur de la défense a mis au point une connexion laser appelée FSOC.

Du laser pour lutter contre le laser

Avec cette liaison optique, finalement, les canons à impulsion électromagnétique deviennent inefficaces et il est impossible de détecter le flux de données montant et descendant. Pour fonctionner, une mire est dirigée en permanence vers le drone, ce qui signifie qu’il ne faut pas d’obstacle entre les deux éléments. La société n’indique pas si la présence de fumée ou d’autres éléments volatiles sont susceptibles de perturber le signal laser. En revanche, ce type de liaison ne changera pas la donne contre les dernières innovations pour la lutte anti-drones, par exemple les canons laser comme celui notamment commandé par l’armée française pour assurer la protection du ciel durant les jeux olympiques de 2024.

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles