La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 609,15
    +34,79 (+0,62 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 539,27
    +22,17 (+0,63 %)
     
  • Dow Jones

    30 218,26
    +248,74 (+0,83 %)
     
  • EUR/USD

    1,2127
    -0,0022 (-0,18 %)
     
  • Gold future

    1 842,00
    +0,90 (+0,05 %)
     
  • BTC-EUR

    15 778,32
    +62,55 (+0,40 %)
     
  • CMC Crypto 200

    365,19
    -14,05 (-3,71 %)
     
  • Pétrole WTI

    46,09
    +0,45 (+0,99 %)
     
  • DAX

    13 298,96
    +46,10 (+0,35 %)
     
  • FTSE 100

    6 550,23
    +59,96 (+0,92 %)
     
  • Nasdaq

    12 464,23
    +87,05 (+0,70 %)
     
  • S&P 500

    3 699,12
    +32,40 (+0,88 %)
     
  • Nikkei 225

    26 751,24
    -58,13 (-0,22 %)
     
  • HANG SENG

    26 835,92
    +107,42 (+0,40 %)
     
  • GBP/USD

    1,3438
    -0,0015 (-0,11 %)
     

Pour la première fois depuis des décennies, les commandes de Boeing ont fini dans le rouge en 2019

Les commandes d'avions commerciaux de Boeing ont terminé dans le rouge en 2019, une première depuis des décennies, en raison de la crise du 737 MAX, cloué au sol depuis mi-mars après deux accidents rapprochés ayant fait 346 morts.

Le bilan commercial annuel du constructeur aéronautique américain affiche un déficit de 87 appareils nets, c'est-à-dire qu'il a enregistré davantage d'annulations que d'ordres d'achat, a-t-il indiqué mardi dans un communiqué. 

Les chiffres avancés par Boeing tiennent compte d'ajustements comptables, notamment des conversions de commandes 737 MAX en ordres pour d'autres modèles. Les livraisons, indicateur de la rentabilité dans l'aéronautique, ont chuté, elles, de 53% sur un an, à 380 avions.

Comme attendu, le géant de Seattle (ouest) cède la couronne de premier avionneur mondial à son éternel rival Airbus. Le constructeur aéronautique européen a, en effet, enregistré l'an dernier des commandes nettes pour 768 appareils et livré 863 avions, en hausse de 8%, malgré des difficultés de production liées à la montée en cadence de la production de l'A321 ACF, modèle permettant une configuration plus flexible des cabines mais plus complexe à produire qu'un A320.

Un nouveau DG aux commandes

C'est la première fois depuis 2012 qu'Airbus livre davantage d'avions commerciaux que Boeing. Traditionnellement, les compagnies aériennes et les loueurs d'avions paient la totalité du prix de l'avion quand ils en...

Lire la suite sur BFM Business

A lire aussi