Marchés français ouverture 33 min
  • Dow Jones

    28 335,57
    -28,13 (-0,10 %)
     
  • Nasdaq

    11 548,28
    +42,28 (+0,37 %)
     
  • Nikkei 225

    23 494,34
    -22,25 (-0,09 %)
     
  • EUR/USD

    1,1841
    -0,0027 (-0,22 %)
     
  • HANG SENG

    24 918,78
    +132,68 (+0,54 %)
     
  • BTC-EUR

    11 050,53
    +13,07 (+0,12 %)
     
  • CMC Crypto 200

    262,68
    +1,22 (+0,47 %)
     
  • S&P 500

    3 465,39
    +11,90 (+0,34 %)
     

Prêt familial : à partir de quel montant faut-il le déclarer aux impôts ?

Vincent MIGNOT
·1 min de lecture

Il vous arrive de prêter de l’argent à votre famille ou à vos proches ? Attention : au-delà d’une certaine somme, ce prêt, qu’il donne lieu ou non au versement d’intérêts, ne peut se faire de façon informelle. Le code général des impôts prévoit en effet une obligation de déclaration à l’administration fiscale, qui inclut la date, le montant et les conditions du prêt, ainsi que les noms et adresses du prêteur et de l’emprunteur. Cette déclaration se fait au plus tard le 15 février de l’année suivant l’octroi du prêt, à l’aide d’un formulaire numéroté 2062.

Lire sur le sujet : Comment prêter de l'argent (sans risque) à ses proches en galère

Jusqu’ici, ce seuil de déclaration était relativement modeste : 760 euros. Il n’avait, il faut dire, jamais été actualisé, hormis une conversion à l’euro en 2001. Estimant qu’il n’était plus adapté, le fisc a donc décidé de le relever, par arrêté (1). Depuis jeudi dernier 24 septembre 2020, le seuil de déclaration obligatoire se situe à 5 000 euros.

Lire la suite sur MoneyVox

Voir également
- Assurance vie : ces nouveaux fonds euros qui changent la donne
- Epargne : les Français n'écoutent pas le gouvernement
- Image des banques : Crédit Mutuel leader, Boursorama entre dans le Top 5