La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 515,75
    +105,17 (+1,64 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 808,86
    +68,55 (+1,83 %)
     
  • Dow Jones

    33 212,96
    +575,77 (+1,76 %)
     
  • EUR/USD

    1,0739
    +0,0006 (+0,05 %)
     
  • Gold future

    1 857,30
    +3,40 (+0,18 %)
     
  • BTC-EUR

    26 883,86
    -51,89 (-0,19 %)
     
  • CMC Crypto 200

    625,79
    -3,71 (-0,59 %)
     
  • Pétrole WTI

    115,07
    +0,98 (+0,86 %)
     
  • DAX

    14 462,19
    +230,90 (+1,62 %)
     
  • FTSE 100

    7 585,46
    +20,54 (+0,27 %)
     
  • Nasdaq

    12 131,13
    +390,48 (+3,33 %)
     
  • S&P 500

    4 158,24
    +100,40 (+2,47 %)
     
  • Nikkei 225

    26 781,68
    +176,84 (+0,66 %)
     
  • HANG SENG

    20 697,36
    +581,16 (+2,89 %)
     
  • GBP/USD

    1,2631
    +0,0025 (+0,20 %)
     

Présidentielle: pour Valérie Pécresse, c'est loin d'être gagné!

·2 min de lecture

EDITO - La candidate LR ne récolte pas -dans les sondages- de dividendes de sa gestion de la crise à la tête de la région Ile-de-France. Difficile de convaincre, à droite, qu'elle ferait mieux que Macron.

Valérie Pécresse au second tour?  indique que ce n’est pas gagné: jusqu’ici à égalité avec Marine Le Pen (16% des intentions de vote au 1er tour), la présidente de la région Ile-de-France se fait devancer cette semaine d’un petit point par la candidate du RN, . Sa prophétie autoréalisatrice ("Je me suis levé parce qu’il fallait incarner une alternative à Emmanuel Macron") : le président sortant continue de remporter l’élection haut la main, quelle que soit son opposante. Mais elle installe le duel entre deux "candidats de la raison", comme elle le qualifie elle-même, "parce qu’à l’inverse des extrêmes, la droite républicaine peut gouverner".

Cela ne suffit pourtant pas pour construire un discours: même devant un auditoire acquis –c’était le cas lors d’un dîner du bien-pensant Cercle de la Revue des deux mondes, le 17 janvier -, la candidate peine à enclencher le turbo: "Il nous faut refaire nation", "Nous sommes un pays qui est las", "Un grand pays a besoin de respiration démocratique", "La France, comme l’Albatros de Baudelaire, n’arrive plus à s’envoler"… Et si ses propos peinent à décoller, eux-aussi, sans doute est-ce parce que son hypothèse de départ ("Le bilan d’Emmanuel Macron est clairement négatif") . Ne reconnaît-elle pas, par exemple, que le président de la République est clairement pro-business? Difficile de prétendre le contraire le jour même où l’Elysée annonce 21 projets d’investissements étrangers pour 2022...

Pécresse s'accroche à son bilan

Par contre, Valérie Pécresse s’anime quand elle met en avant sa capacité à "faire", : "Deux milliards d’économies sur un budget de 17 milliards, je l’ai fait." Notamment par le déménagement en Seine-Saint-Denis, et en supprimant 15 organismes "qui n’avaient pas une valeur ajoutée suffisante", euphémise-t-elle, polissant son côté Thatcher – ou plutôt David Cameron, car en réalité c’est le Premier ministre qui avait rayé d’un trait de plume des centaines de "machins" administratifs qui ne servaient à rien outre-Man[...]

Lire la suite sur challenges.fr

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles