Marchés français ouverture 3 h 23 min
  • Dow Jones

    35 756,88
    +15,73 (+0,04 %)
     
  • Nasdaq

    15 235,71
    +9,01 (+0,06 %)
     
  • Nikkei 225

    28 946,61
    -159,40 (-0,55 %)
     
  • EUR/USD

    1,1606
    +0,0004 (+0,03 %)
     
  • HANG SENG

    25 646,50
    -391,77 (-1,50 %)
     
  • BTC-EUR

    52 363,74
    -2 045,12 (-3,76 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 478,19
    -26,96 (-1,79 %)
     
  • S&P 500

    4 574,79
    +8,31 (+0,18 %)
     

Présidentielle: Taubira ne veut pas "contribuer à l'éparpillement" à gauche

·2 min de lecture

L'ancienne ministre Christiane Taubira ne veut pas "contribuer à l'éparpillement à gauche" en devenant la "7e ou 8e" candidate.

L'ancienne ministre Christiane Taubira ne veut pas "contribuer à l'éparpillement à gauche" en devenant la "7e ou 8e" candidate, mais a assuré jeudi qu'elle prendrait part à la campagne de la présidentielle car "l'enjeu est colossal" face à la montée des discours d'exclusion."Même les personnes qui ont beaucoup d'enthousiasme sont capables d'être assez raisonnables pour comprendre que je ne peux pas venir contribuer à l'éparpillement", a justifié sur France Inter celle qui est en tête, avec François Ruffin, des parrainages citoyens pour désigner un candidat commun à gauche pour la présidentielle, dans le cadre de la "Primaire populaire". "L'enjeu est colossal, la gauche ne peut pas se permettre de perdre cette élection et je ne veux pas aller gentiment m'aligner en tant que 7e ou 8e candidate de la gauche", a insisté l'ancienne ministre de la Justice de François Hollande, tout en saluant cette initiative de la Primaire populaire "belle et audacieuse", "un pari sur la démocratie participative".

Selon elle, les personnalités de gauche déjà candidates sont "toutes des personnes intelligentes", "je les connais, je les respecte et je les estime toutes". "Les choses vont se clarifier" au fil de la campagne, a-t-elle ajouté. "Je ne vais pas rester distante, je ne vais pas rester une observatrice, je vais faire campagne, je vais trouver ma place d'une façon ou d'une autre", a-t-elle en tout cas assuré. A la différence de 2002, où Mme Taubira avait été candidate en faisant concurrence à Lionel Jospin, en 2022 "l'enjeu est colossal parce que la société a été travaillée ces vingt dernières années par des idées d'exclusion, de rejet", "par une xénophobie tranquille".

"On ne peut pas se permettre de jouer", a ajouté Mme Taubira(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles