La bourse est fermée
  • Dow Jones

    30 937,04
    -22,96 (-0,07 %)
     
  • Nasdaq

    13 626,06
    -9,93 (-0,07 %)
     
  • Nikkei 225

    28 546,18
    -276,11 (-0,96 %)
     
  • EUR/USD

    1,2170
    +0,0025 (+0,21 %)
     
  • HANG SENG

    29 391,26
    -767,75 (-2,55 %)
     
  • BTC-EUR

    26 409,31
    +22,32 (+0,08 %)
     
  • CMC Crypto 200

    648,65
    +1,32 (+0,20 %)
     
  • S&P 500

    3 849,62
    -5,74 (-0,15 %)
     

Présidentielle en Ouganda: l'opposant Bobi Wine sous le feu des forces de sécurité

·1 min de lecture

En Ouganda, le candidat à la présidentielle, Bobi Wine, de son vrai nom Robert Kyagulanyi, a dû suspendre sa campagne, hier, mardi 1er décembre. Son véhicule a essuyé des tirs venant des forces de sécurité. Deux membres de son équipe de campagne ont d'ailleurs été blessés.

L'opposant au président Yoweri Museveni en appelle à la Commission électorale. Il réclame que celle-ci assure la sécurité du processus électoral et de tous les candidats : « Nous étions censés faire campagne à Jinja aujourd'hui, mais comme vous le voyez, nous sommes complètement coincés. »

« Qui est en charge de cette élection ? »

« L'armée et la police ont tiré sur notre voiture, poursuit l'opposant, tiré sur nos deux pneus et nous sommes incapables de poursuivre le programme d'aujourd'hui. Nous allons cependant demain aller affronter la commission électorale. Nous voulons que la commission électorale nous dise qui est en charge de cette élection. S'agit-il de l'armée et de la police ou de la commission électorale ? »

« Nous voulons des réponses »

« Nous venons de survivre aux balles. Nos vies ont été ciblées. Et la commission électorale est toujours silencieuse. Par conséquent, nous y allons demain pour poser des questions et nous voulons des réponses », conclut Bobi Wine.

À lire aussi : Présidentielle en Ouganda, l'opposant Bobi Wine inculpé mais relâché sous caution