La bourse ferme dans 4 h 56 min
  • CAC 40

    5 610,12
    -1,57 (-0,03 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 598,19
    -1,36 (-0,04 %)
     
  • Dow Jones

    30 814,26
    -177,24 (-0,57 %)
     
  • EUR/USD

    1,2077
    -0,0007 (-0,06 %)
     
  • Gold future

    1 833,30
    +3,40 (+0,19 %)
     
  • BTC-EUR

    29 824,85
    -58,66 (-0,20 %)
     
  • CMC Crypto 200

    698,83
    -36,31 (-4,94 %)
     
  • Pétrole WTI

    52,45
    +0,09 (+0,17 %)
     
  • DAX

    13 823,41
    +35,68 (+0,26 %)
     
  • FTSE 100

    6 737,54
    +1,83 (+0,03 %)
     
  • Nasdaq

    12 998,50
    -114,10 (-0,87 %)
     
  • S&P 500

    3 768,25
    -27,29 (-0,72 %)
     
  • Nikkei 225

    28 242,21
    -276,97 (-0,97 %)
     
  • HANG SENG

    28 862,77
    +288,91 (+1,01 %)
     
  • GBP/USD

    1,3555
    -0,0029 (-0,21 %)
     

Présidentielle en Ouganda : Facebook ferme les comptes de responsables gouvernementaux

franceinfo avec AFP
·1 min de lecture

Facebook a fermé ces derniers jours les comptes de plusieurs responsables gouvernementaux ougandais accusés d'interférences dans le débat public à l'approche de l'élection présidentielle du jeudi 14 janvier, a indiqué lundi 11 janvier le géant américain dans un courriel à l'AFP. L'Ouganda organise une élection présidentielle dans un climat tendu, opposant notamment le président sortant Yoweri Museveni, 76 ans dont 35 à la tête du pays, à une star de la chanson devenue député, Bobi Wine, 38 ans.

"Ce mois-ci (janvier), nous avons fermé un réseau de comptes et de pages en Ouganda qui étaient impliqués dans un 'comportement inauthentique coordonné' visant à influer sur le débat public en amont de l'élection"

Kezia Anim-Addo, responsable de la communication de Facebook pour l'Afrique sub-saharienne

A l’AFP

"Faux comptes"

"Ils utilisaient de faux comptes ou des comptes dupliqués pour gérer des pages, commentaient le contenu d'autres personnes, se faisaient passer pour des utilisateurs, partageaient des contenus dans des groupes pour les faire apparaître plus populaires qu'ils n'étaient", a précisé Kezia Anim-Addo. "Etant donné l'imminence de l'élection en Ouganda, nous avons réagi rapidement pour enquêter et faire tomber ce réseau. Nous avons découvert que ce réseau était lié au Groupe d'interaction des citoyens avec le gouvernement du ministère de (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi