Marchés français ouverture 5 h 29 min
  • Dow Jones

    35 135,94
    +236,60 (+0,68 %)
     
  • Nasdaq

    15 782,83
    +291,18 (+1,88 %)
     
  • Nikkei 225

    28 582,62
    +298,70 (+1,06 %)
     
  • EUR/USD

    1,1305
    +0,0011 (+0,10 %)
     
  • HANG SENG

    23 673,92
    -178,32 (-0,75 %)
     
  • BTC-EUR

    50 840,48
    -450,27 (-0,88 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 452,39
    +23,45 (+1,64 %)
     
  • S&P 500

    4 655,27
    +60,65 (+1,32 %)
     

Présidentielle: Marseille devient la cible de Marine Le Pen et Eric Zemmour

·2 min de lecture

Après la visite de Marine Le Pen à Marseille les 19 et 20 novembre derniers, la cité phocéenne s'apprête à accueillir Eric Zemmour vendredi 26 novembre. La ville, pauvre, mixte, de gauche et aimée d'Emmanuel Macron, est devenue la cible de l'extrême-droite.

Marseille est devenue la cible de l’extrême-droite, qui semble avoir décidé d’en faire le symbole de l’échec français. La métropole méditerranéenne a tout pour servir d’anti-modèle à la droite la plus dure: la ville est pauvre, dirigée par l’union des gauches ( et une première adjointe écologiste), et a toujours été un creuset de l’immigration. Cerise sur le gâteau, elle est désormais qui est venu carnet de chèques ouvert en septembre, puis en octobre et reviendra en février prochain vérifier la bon déroulé de son : l’Etat a enfin accepté d’aider, à coups de milliards, la rénovation des écoles maternelles et primaires, et le développement des transports en commun cruellement manquants.

Marine Le Pen, qui envisage déjà un second tour où elle fera face à Emmanuel Macron, à l’instar de 2017, a concentré ses attaques sur l’actuel président de la République. , la candidate du RN, qui a patrouillé avec la BAC dans les quartiers Nord, n’a pas retenu ses coups sur France Bleu Provence: "L'urgent, ce n'est pas 'Marseille en grand' mais 'Marseille en ordre'. (...) Il faut d'abord rétablir l'ordre. Sinon tout cet argent sera du liquide déversé sur du sable." Elle s’est demandée lors de la même intervention s’il était encore possible de se rendre dans les quartiers Nord "sans risquer sa vie", embrayant alors sur ses thèmes sécuritaires de prédilection.

, lui, n’est pas encore sur place qu’il lâche déjà ses premières bombes. Pour annoncer sa visite, il a tweeté le 16 novembre dernier, quelques jours avant l’arrivée de Marine Le Pen: "Trafics, criminalité, immigration, insécurité: Marseille est un concentré de tout ce qui nous tue. J’y serai le 26 novembre, pour lui dire combien elle a été grande et peut le redevenir".

Les réseaux d'extrême-droite locaux à l'[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles