La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 568,82
    +87,23 (+1,35 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 109,10
    +50,05 (+1,23 %)
     
  • Dow Jones

    35 061,55
    +238,20 (+0,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,1770
    -0,0003 (-0,02 %)
     
  • Gold future

    1 802,10
    -3,30 (-0,18 %)
     
  • BTC-EUR

    28 476,30
    +807,33 (+2,92 %)
     
  • CMC Crypto 200

    786,33
    -7,40 (-0,93 %)
     
  • Pétrole WTI

    72,17
    +0,26 (+0,36 %)
     
  • DAX

    15 669,29
    +154,75 (+1,00 %)
     
  • FTSE 100

    7 027,58
    +59,28 (+0,85 %)
     
  • Nasdaq

    14 836,99
    +152,39 (+1,04 %)
     
  • S&P 500

    4 411,79
    +44,31 (+1,01 %)
     
  • Nikkei 225

    27 548,00
    +159,80 (+0,58 %)
     
  • HANG SENG

    27 321,98
    -401,86 (-1,45 %)
     
  • GBP/USD

    1,3754
    -0,0013 (-0,10 %)
     

Présidentielle en Iran : l'ultraconservateur Raïssi vainqueur, la participation très basse

·1 min de lecture

L'ultraconservateur Ebrahim Raïssi a été proclamé vainqueur samedi de la présidentielle iranienne de la veille, marquée par la plus basse participation à un tel scrutin depuis la proclamation de la République islamique en 1979. Sans surprise, Ebrahim Raïssi, chef de l'Autorité judiciaire âgé de 60 ans, s'est imposé dès le premier tour face à trois autres candidats après une campagne électorale terne sur fond de mécontentement général face à la crise économique et sociale.

Un taux de participation de 48,8%

Il a obtenu 61,95% des voix, selon les résultats définitifs du ministère de l'Intérieur. Le taux de participation officiel s'élève à 48,8%. Hodjatoleslam (rang inférieur à ayatollah dans la hiérarchie du clergé chiite), Ebrahim Raïssi faisait figure d'archifavori, faute de concurrence réelle après la disqualification de ses principaux adversaires. Le chef de l'Autorité judiciaire, qui doit prendre ses fonctions en août, hérite d'un pays en proie à une grave crise économique, conséquence des sanctions imposées par les Etats-Unis contre l'Iran après la décision de l'ancien président américain Donald Trump de dénoncer en 2018 l'accord international sur le nucléaire iranien conclu en 2015 à Vienne.

Bien qu'issu d'un courant politique se caractérisant par l'antiaméricanisme et le rejet de l'Occident, Ebrahim Raïssi a rappelé pendant la campagne que la priorité - conformément à la ligne fixée par le guide suprême Ali Khamenei - était d'obtenir la levée de ces sanctions pour sortir...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles