Marchés français ouverture 7 h 59 min
  • Dow Jones

    34 035,99
    +305,10 (+0,90 %)
     
  • Nasdaq

    14 038,76
    +180,92 (+1,31 %)
     
  • Nikkei 225

    29 642,69
    +21,70 (+0,07 %)
     
  • EUR/USD

    1,1973
    -0,0003 (-0,02 %)
     
  • HANG SENG

    28 793,14
    -107,69 (-0,37 %)
     
  • BTC-EUR

    52 953,20
    -37,77 (-0,07 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 397,85
    +16,90 (+1,22 %)
     
  • S&P 500

    4 170,42
    +45,76 (+1,11 %)
     

Présidentielle en Equateur: des organisations indigènes lancent une «grève générale»

·2 min de lecture

Plusieurs organisations indigènes équatoriennes se sont déclarées en « état de résistance » et ont annoncé le début d’une grève générale progressive dans plusieurs des provinces du pays. Elles souhaitent ainsi faire pression sur le Conseil national électoral qui s’apprête à confirmer que le candidat indigène Yaku Pérez ne sera pas présent au 2ème tour du 11 avril prochain.

avec notre correspondant à Quito, Eric Samson

Le mouvement Pachakutik, bras politique de la Confédération des Nationalités indigènes de l’Equateur, n’a pas l’intention de faciliter la tâche du Conseil national électoral.

Ce lundi, son candidat Yaku Pérez fera appel des résultats du premier tour de l’élection présidentielle auprès du Tribunal du contentieux électoral. Il conteste la décision des autorités du Conseil de ne réviser que 31 actes électoraux sur les plus de 7200 où les indigènes affirment avoir détecté des inconsistances.

Une poignée de voix séparaient Yaku Pérez de Guillermo Lasso pour être présents au second tour du scrutin présidentiel le 11 avril. Le CNE a finalement qualifié Guillermo Lasso qui sera opposé à Andrès Arauz.

À lire aussi : en Équateur, le second tour de la présidentielle opposera Andrés Arauz et Guillermo Lasso

Yaku Pérez note que le recomptage des résultats de ces 31 bureaux de vote lui donne 612 voix de plus. En extrapolant ce chiffre aux milliers d’actes que le Conseil national électoral n’a pas l’intention de réviser pour les considérer normaux, Yaku Pérez affirme qu’il devrait être présent au 2ème tour.

Pour le soutenir, la principale organisation indigène de la région andine, l’Ecuarunari, a décidé de bloquer certaines des grandes routes du pays. Le mouvement a commencé vendredi sur le territoire des indiens Saraguros qui ont empêché le trafic entre les villes de Cuenca, Loja et Machala, au sud du pays.

L’idée est de durcir et d’étendre le mouvement peu à peu depuis les territoires des différentes nationalités indigènes, jusqu’à la capitale dans un deuxième temps.