Marchés français ouverture 36 min
  • Dow Jones

    35 258,61
    -36,15 (-0,10 %)
     
  • Nasdaq

    15 021,81
    +124,47 (+0,84 %)
     
  • Nikkei 225

    29 215,52
    +190,06 (+0,65 %)
     
  • EUR/USD

    1,1655
    +0,0037 (+0,31 %)
     
  • HANG SENG

    25 732,39
    +322,64 (+1,27 %)
     
  • BTC-EUR

    53 484,64
    -390,55 (-0,72 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 455,18
    +3,54 (+0,24 %)
     
  • S&P 500

    4 486,46
    +15,09 (+0,34 %)
     

Présidentielle: La chute vertigineuse de Marine Le Pen face à Eric Zemmour

·2 min de lecture

Sondage après sondage, Marine Le Pen poursuit sa dégringolade face à l'ascension fulgurante de la potentielle candidature d'Eric Zemmour dans les intentions de vote à la présidentielle. Au point de menacer sérieusement ses chances d'accéder au second tour.

Marine Le Pen peut-elle stopper sa chute, voire remonter? Rien n’indique que la candidate de droite extrême puisse arrêter . Et encore moins revenir en grâce sondagière. Au contraire. Tout laisse à penser qu’elle ne pourra plus exciper longtemps de l’argument qu’elle assénait jusque là: sa qualification quasi automatique pour le second tour face à Emmanuel Macron, ainsi que tous les sondages l’annonçaient depuis…sa défaite de la dernière présidentielle en 2017. Cette qualification est désormais menacée, tant l’affaiblit. Mais il faut dire qu’elle s’est beaucoup affaiblie elle-même.

Son entrée en campagne a été un modèle d’erreur stratégique. Elle a en effet confondu le premier tour, où il faut mobiliser son camp, avec le second, où l’on doit rassembler large. Elle est entrée dans la bataille , alors que son électorat réclame de l’autorité, de la protection, de l’ordre. On ne pouvait le désorienter davantage, alors même que son magistère était ébranlé par une vipère qu’elle avait nourrie en son sein. À Eric Zemmour, elle a toujours tressé des lauriers, alors même qu’il n’a cessé d’expliquer "qu’elle ne travaillait pas" et qu’"elle n’avait pas la dimension présidentielle comme elle l’avait démontrée lors du débat de l’entre-deux tours, face à Emmanuel Macron". En privé, l’ex-journaliste n’hésitait pas à la qualifier de "sotte" et "d’idiote", ce qui lui était rapporté, mais ne l’empêchait pas de lui proposer une place sur la liste RN (la 3ème) aux récentes élections européennes.

"Tout le monde le sait qu’elle ne peut pas gagner"

Certains de ses proches étaient même allés jusqu’à faire miroiter la tête de liste à l’ex-journaliste, ce qu’il s’était empressé de refuser. Elle avait donc sous-estimé l’ambition personnelle de l’animal qu’elle croyait flatter et s’attacher alors même qu’il prenait pour faiblesse supplémentaire les cajoleries et offres de service qui lui étaient faites. Et les critiques zemmouriennes de faire encore plus mal puisqu’elles visaient au défaut de[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles