Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 934,17
    +6,74 (+0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 894,86
    +17,09 (+0,35 %)
     
  • Dow Jones

    39 087,38
    +90,99 (+0,23 %)
     
  • EUR/USD

    1,0839
    +0,0032 (+0,29 %)
     
  • Gold future

    2 091,60
    +36,90 (+1,80 %)
     
  • Bitcoin EUR

    57 104,59
    -98,94 (-0,17 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,81
    +1,55 (+1,98 %)
     
  • DAX

    17 735,07
    +56,88 (+0,32 %)
     
  • FTSE 100

    7 682,50
    +52,48 (+0,69 %)
     
  • Nasdaq

    16 274,94
    +183,02 (+1,14 %)
     
  • S&P 500

    5 137,08
    +40,81 (+0,80 %)
     
  • Nikkei 225

    39 910,82
    +744,63 (+1,90 %)
     
  • HANG SENG

    16 589,44
    +78,00 (+0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,2655
    +0,0029 (+0,23 %)
     

Présidentielle américaine : pourquoi le programme économique de Trump n'est pas une bonne nouvelle pour l'Europe

Illustration Capital

Nouvelle victoire pour Donald Trump. Mardi 23 janvier, le candidat à l’élection présidentielle américaine a remporté largement la primaire du New Hampshire avec 53% des votes. L’ex-président américain confirme l’avance que lui donnent les sondages dans ces élections prévues en novembre 2024 et se rapproche petit à petit du bureau ovale de la Maison Blanche. Et le candidat a déjà commencé à dévoiler quelques éléments de son programme électoral qui ressemble peu ou prou à celui de sa première candidature en 2016.

Sur la chaîne de télévision Fox news, fin août 2023, il a proposé d’instaurer un droit de douane minimal universel sur les importations sur le sol américain. «Je pense que quand les entreprises viennent et débarquent leurs produits aux États-Unis, elles devraient payer automatiquement, disons, une taxe de 10%», a précisé Donald Trump. Cette mesure aurait pour conséquence «l’augmentation du prix des importations européennes», explique Anne-Sophie Alsif, cheffe économiste du cabinet d’audit, de conseil et d’expertise comptable BDO France : les produits issus de l’Union européenne deviendraient alors «moins compétitifs que les produits américains». C’est ce que l’on appelle le protectionnisme.

Une politique douanière que connaît bien le candidat. Lors de son premier mandat, il avait augmenté les tarifs douaniers jusqu’à 25% pour certains secteurs comme l’automobile. Toutefois, cette mesure n’avait pas joué en faveur des consommateurs américains. «Une baisse du pouvoir d’achat (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Un groupe de hackers revendique une cyberattaque contre Subway
Air France : un Airbus touche le sol avec sa queue arrière au moment de l'atterrissage
La vente de cigarettes contrefaites fait un carton sur Facebook et Snapchat
La flambée de votre facture d'électricité sur un an, ces magasins Casino repris par le duo Intermarché-Auchan… Le Flash éco du jour
L’Assemblée nationale augmente de plus de 300 euros par mois les frais de mandat de députés