La bourse est fermée
  • Dow Jones

    29 448,87
    +185,39 (+0,63 %)
     
  • Nasdaq

    11 844,42
    -10,55 (-0,09 %)
     
  • Nikkei 225

    25 527,37
    -106,93 (-0,42 %)
     
  • EUR/USD

    1,1862
    -0,0014 (-0,1186 %)
     
  • HANG SENG

    26 451,54
    +94,54 (+0,36 %)
     
  • BTC-EUR

    15 520,13
    -32,94 (-0,21 %)
     
  • CMC Crypto 200

    362,93
    +1,50 (+0,42 %)
     
  • S&P 500

    3 563,63
    +6,09 (+0,17 %)
     

Présidentielle américaine : un dernier débat Trump-Biden sans KO final

·1 min de lecture

Donald Trump et Joe Biden se sont affrontés jeudi soir à Nashville lors d'un ultime débat à la tonalité plutôt constructive et respectueuse qui ne devrait pas profondément changer la dynamique à douze jours de la présidentielle américaine.

"Quelqu'un qui est responsable d'autant de morts ne devrait pas pouvoir rester président"

Visiblement désireux d'offrir un visage plus discipliné, après un premier tête-à-tête cacophonique, le président américain, à la traîne dans les sondages, a accusé son rival vouloir "reconfiner" le pays en raison du Covid-19. "Quelqu'un qui est responsable d'autant de morts ne devrait pas pouvoir rester président des Etats-Unis d'Amérique", a lancé le candidat démocrate, en prédisant "un hiver sombre" pour le pays le plus endeuillé au monde, avec plus de 222.000 décès dus au coronavirus.

Le vieux routier de la politique a reproché au président républicain de ne "toujours pas avoir de plan" pour endiguer la pandémie. "Il n'y a pas un seul scientifique sérieux au monde qui pense que ça va disparaître bientôt", a-t-il martelé, alors que le locataire de la Maison Blanche ne cesse d'assurer le contraire. "Nous le combattons très fermement", a répondu le tempétueux milliardaire, arrivé sans masque sur la scène de Nashville, dans le Tennessee, trois semaines après avoir été diagnostiqué positif au coronavirus.

"Gauche radicale"

Les échanges, bien que vifs, étaient nettement plus audibles que la fois précédente. Pour éviter la cacophonie, les organisateurs avaie...


Lire la suite sur Europe1