La bourse ferme dans 6 h 43 min
  • CAC 40

    6 302,34
    +15,27 (+0,24 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 034,07
    +1,08 (+0,03 %)
     
  • Dow Jones

    34 200,67
    +164,67 (+0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,2031
    +0,0050 (+0,42 %)
     
  • Gold future

    1 789,10
    +8,90 (+0,50 %)
     
  • BTC-EUR

    47 429,70
    -928,16 (-1,92 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 296,87
    -94,84 (-6,81 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,32
    +0,19 (+0,30 %)
     
  • DAX

    15 452,40
    -7,35 (-0,05 %)
     
  • FTSE 100

    7 036,02
    +16,49 (+0,23 %)
     
  • Nasdaq

    14 052,34
    +13,54 (+0,10 %)
     
  • S&P 500

    4 185,47
    +15,05 (+0,36 %)
     
  • Nikkei 225

    29 685,37
    +2,00 (+0,01 %)
     
  • HANG SENG

    29 106,15
    +136,44 (+0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,3888
    +0,0048 (+0,35 %)
     

Présidentielle 2022: Marine Le Pen piégée entre immigration et recentrage

·2 min de lecture

EDITO - D’aucuns l’avaient considérée condamnée. Ils se sont trompés. En dépit de ses faiblesses, de ses contradictions, la base électorale de Marine Le Pen lui reste d’une fidélité à toute épreuve.

Trois top stars de la chanson française. Trois enfants des immigrations - Camélia Jordana, Amel Bent et Vitaa. Ensemble, elles viennent d’enregistrer une nouvelle version du texte de Diam’s, "Marine", une charge contre l’extrême-droite et sa cheffe:

"Marine

On ne s’ra jamais copines parce que je suis une métisse

Et que je traîne avec Ali"...

En 2004, la charge de Diam’s avait provoqué émois, mobilisation, commentaires. Une bonne partie de la jeunesse s’y était retrouvée, y avait adhéré. Aujourd’hui, l’initiative (militante) du trio laisse plutôt indifférent alors qu’une compilation attentive des récentes études d’opinion ne laisse plus aucun doute ainsi que le titre Le Monde: "Le Rassemblement national, premier parti des 25-34 ans".

; il faut même constater que rien ne semble entraver sa progression sondagière.

"Pas seulement la candidate du RN"

Accordant un entretien à L’Incorrect, un magazine d’extrême-droite au service de sa nièce - ah, les petites et grandes histoires de l’extrême-droite ! - Marine Le Pen a confirmé qu’elle quitterait après l’été la présidence de "son" parti: "Il est nécessaire que je ne sois pas seulement la candidate du RN. Je me dois d’être la candidate de tous ceux qui veulent mener le combat national". Ainsi, elle se range une nouvelle fois dans la tradition de cette Ve République longtemps vilipendée. Elle n’hésite même pas, annonçant cette décision avant tout symbolique et sans réelle conséquence politique, à se revendiquer d’une filiation ... gaulliste...

Remarquons que Marine Le Pen se réfère ainsi à de prestigieux exemples, à des aînés de référence : en 1981, François Mitterrand, au moment de la campagne présidentielle, avait "laissé" le Parti Socialiste à Lionel Jospin ; elle va faire de même, sans doute au profit de Jordan Bardella, le numéro 2 du RN.

Et les analystes de relever qu’elle poursuit "imperturbablement" l’opération banalisation-dédiabolisation, cette opération de longue haleine, conduite avec maîtrise, avec sang-froid,[...]

Lire la suite sur challenges.fr