La bourse ferme dans 6 h 31 min
  • CAC 40

    6 238,41
    -114,53 (-1,80 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 616,89
    -73,85 (-2,00 %)
     
  • Dow Jones

    31 490,07
    -1 164,52 (-3,57 %)
     
  • EUR/USD

    1,0501
    +0,0035 (+0,34 %)
     
  • Gold future

    1 819,10
    +3,20 (+0,18 %)
     
  • BTC-EUR

    27 634,51
    -1 002,69 (-3,50 %)
     
  • CMC Crypto 200

    645,90
    -24,78 (-3,70 %)
     
  • Pétrole WTI

    108,85
    -0,74 (-0,68 %)
     
  • DAX

    13 739,46
    -268,30 (-1,92 %)
     
  • FTSE 100

    7 278,73
    -159,36 (-2,14 %)
     
  • Nasdaq

    11 418,15
    -566,37 (-4,73 %)
     
  • S&P 500

    3 923,68
    -165,17 (-4,04 %)
     
  • Nikkei 225

    26 402,84
    -508,36 (-1,89 %)
     
  • HANG SENG

    20 120,68
    -523,60 (-2,54 %)
     
  • GBP/USD

    1,2395
    +0,0053 (+0,43 %)
     

Présidentielle 2022: Marine Le Pen à la peine lors du débat de l'entre-deux-tours

·2 min de lecture

EDITO - Lors de ce débat de second tour, la leader du Rassemblement national s’est montrée plus coriace qu’en 2017, mais elle a eu du mal à convaincre. Esquivant les sujets délicats, assénant des propositions très imprécises. Emmanuel Macron, a dominé la séquence. Mais aucun des deux n’a réussi à susciter de l’émotion. Encore moins de l’enthousiasme.

Pour commencer, ce fut très long et assez ennuyeux. Sauf lors des échanges sur la Russie et sur le prêt accordé à Marine Le Pen, où la tension était palpable. Pour le reste, chacun est resté dans son couloir. Ce fut , c’est-à-dire un échange, une conversation. La leader du Rassemblement national s’est efforcée, tout au long de l’émission, de rester bien dans les clous de son programme, pour ne pas risquer une sortie de route. Citant une avalanche de chiffres pour prouver sa compétence, puis basculant dans le pathos pour convaincre qu’elle est la plus à même de défendre le peuple.

Lire aussi

On la sentait sur la défensive, lèvres serrées, . Et jamais, lors de ses attaques, elle n’a réussi à déstabiliser Emmanuel Macron, qu’il s’agisse de l’endettement, de la gestion du Covid, des inégalités, de l’immigration, de McKinsey… Elle n’a pas su exploiter les failles. Son adversaire lui coupant systématiquement la parole et la renvoyant à ses incohérences.

Un président jamais pris en défaut… mais sans le "magic" de 2017

Le président sortant, tel qu’en lui-même, était rapide, maîtrisant parfaitement les sujets abordés, rongeant son frein pour ne pas trop écraser son adversaire, et apparaître trop arrogant. Car même si le président de la République peut parfois être exaspérant avec son débit de mitraillette et sa voix un peu haut perché, froide comme une lame, il est d’une intelligence hors norme. A l’aise dans le verbe. Ciselant les concepts, déroulant les chiffres avec brio. Il n’a jamais été pris en défaut.

Sur le Covid, , sur Poutine, sur les retraites, sur le chômage, sur le voile, il a su détourner la charge. Virevoltant, retournant les arguments, déroulant ses propos avec une logique implacable. Sur l’Europe, il a enfoncé les positions de Marine Le Pen, en filant la métaphore avec l’appartenance à un club, dont on déciderait unilatéralement de changer les règles. Impitoyable. C’était Mamie Nova, versus Peter Pan.

Grace à l’immense effort de banalisation réalisé durant [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles