Marchés français ouverture 6 h 7 min
  • Dow Jones

    33 587,66
    -681,50 (-1,99 %)
     
  • Nasdaq

    13 031,68
    -357,75 (-2,67 %)
     
  • Nikkei 225

    27 696,51
    -451,00 (-1,60 %)
     
  • EUR/USD

    1,2088
    +0,0012 (+0,10 %)
     
  • HANG SENG

    28 231,04
    +217,23 (+0,78 %)
     
  • BTC-EUR

    41 363,13
    -6 335,61 (-13,28 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 369,06
    -194,77 (-12,45 %)
     
  • S&P 500

    4 063,04
    -89,06 (-2,14 %)
     

Présidentielle 2022: Jadot entame son chemin de croix

·2 min de lecture

A la peine dans les sondages, le leader écologiste, qui espère rassembler la gauche derrière lui en 2022, devra se soumettre d'abord à une primaire interne. Un chausse-trappe politique.

Mâchoire serrée, tête baissée, ce jeudi 15 avril sur le plateau de France 2, Yannick Jadot encaisse les coups du ministre de l'Economie, des Finances et de la Relance. « Je veux juste souhaiter bonne chance à Yannick Jadot pour le rassemblement de la gauche et des Verts. Parce que je vois bien qu'il se fait tirer dans le dos par ses amis et que Jean-Luc Mélenchon pratique la distanciation sociale à des milliers de kilomètres, qu'il n'a même pas envoyé son hologramme à la réunion de la gauche », moque Bruno Le Maire. Face à lui, le leader des écologistes peine à cacher son agacement. Car si la formule fait mouche, c'est qu'elle résume bien le chemin escarpé qu'il doit parcourir jusqu'à la présidentielle.

Pour espérer être en bonne place sur la ligne de départ au printemps prochain, le député européen doit tout à la fois convaincre sa famille politique, qui souhaite lui imposer une primaire interne, et tenter de rassembler une gauche plus moribonde et divisée que jamais. Candidat non déclaré, mais « qui se prépare », Yannick Jadot est à la peine dans les enquêtes d'opinion.

Dans notre sondage exclusif Harris Interactive, le député européen EELV échoue, au premier tour, à la cinquième place avec seulement 6 % des voix, loin du tandem Marine Le Pen-Emmanuel Macron (voir page 17). Il n'a d'autre choix que de rassembler.

L'élu a toutefois d'autres sources de préoccupation plus immédiates. Alors que les Verts allemands ont désigné le 19 avril sans encombre leur candidate à la chancellerie (lire page 28), une primaire s'organise en France pour désigner en septembre le candidat du « pôle écologiste », réunissant EELV, Génération. s, Génération écologie et Cap écologie. Un vrai petit meurtre entre amis. Longtemps minés par les guerres d'ego et les querelles de personnalités, les primaires internes ont servi au fil des années de défouloir aux militants, qui ont systématiquement écarté la personnalité la mieux placée pour porter leurs couleurs à la présidentielle : Alain Lipiet[...]

Lire la suite sur challenges.fr