La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 068,59
    -125,57 (-1,75 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 229,56
    -70,05 (-1,63 %)
     
  • Dow Jones

    34 265,37
    -450,02 (-1,30 %)
     
  • EUR/USD

    1,1355
    +0,0037 (+0,33 %)
     
  • Gold future

    1 836,10
    -6,50 (-0,35 %)
     
  • BTC-EUR

    31 631,20
    -2 894,62 (-8,38 %)
     
  • CMC Crypto 200

    870,86
    +628,18 (+258,85 %)
     
  • Pétrole WTI

    84,83
    -0,72 (-0,84 %)
     
  • DAX

    15 603,88
    -308,45 (-1,94 %)
     
  • FTSE 100

    7 494,13
    -90,88 (-1,20 %)
     
  • Nasdaq

    13 768,92
    -385,10 (-2,72 %)
     
  • S&P 500

    4 397,94
    -84,79 (-1,89 %)
     
  • Nikkei 225

    27 522,26
    -250,67 (-0,90 %)
     
  • HANG SENG

    24 965,55
    +13,20 (+0,05 %)
     
  • GBP/USD

    1,3546
    -0,0055 (-0,40 %)
     

Présidentielle 2022: La droite, mystère et boule de gomme!

·2 min de lecture

EDITO - Dans seulement quelques jours, le candidat de la droite sera connu au terme du congrès LR. Impossible de dégager un vrai favori, alors qu'aucun ne semble en capacité de hisser au second tour selon les sondages.

Dans quelques jours, le candidat LR à l’élection présidentielle 2022 sera (enfin) connu au terme d’un processus pour le moins biscornu- un vrai-faux congrès, une vraie-fausse primaire puisque, in fine, 150 000 militants choisiront. Qui? Mystère et boule de gomme. Parmi les acteurs et les observateurs de la politique, personne n’ose émettre le moindre pronostic. Donc trois favoris -, et -; un outsider, , installé sur une ligne de droite extrême. Sa campagne impressionne les médias; mais convainc-t-elle pour autant des militants-électeurs? Trop tôt pour le savoir. Enfin, une candidature de témoignage, celle du professeur urgentiste .

D’abord, il faut constater que cette campagne interne ainsi que les trois premiers débats télévisés n’ont pas provoqué la moindre progression du trio Bertrand-Pécresse-Barnier dans les sondages de premier tour présidentiel: Bertrand reste scotché à 13%, Pécresse et Barnier à 10%. Tous loin derrière Emmanuel Macron et toujours. L’explication selon laquelle il faudra atteindre le choix du candidat pour provoquer ensuite un processus d’adhésion, si ce n’est d’enthousiasme, n’est pas absurde. Mais cette glaciation persistante n’en est pas moins inquiétante. Comme si de (nombreux) électeurs potentiels du candidat LR redoutaient l’émergence d’un "produit" politique frelaté. Comme s’ils avaient perdu confiance, comme si au jeu des comparaisons aucun des trois "gros" n’a réussi, pour l’instant, à faire la différence, à provoquer le désir.

La radicalisation des "modérés"

Et pour cause… Depuis le premier jour de cet affrontement interne observé de fort près par les électeurs potentiels de la droite démocratique, Bertrand, Barnier et Pécresse se sont . Comment résumer leur posture? Raisonnablement libérale dès lors qu’il s’agit de choix économiques et sociaux; carrément répressif et aligné sur les thèses extrêmes d’Éric Ciotti en matière de sécurité, d’immigration, d’identité, d’islam. C’est sans doute cela la principale "surprise" de cette primai[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles