Marchés français ouverture 3 h 10 min
  • Dow Jones

    31 496,30
    +572,20 (+1,85 %)
     
  • Nasdaq

    12 920,15
    +196,65 (+1,55 %)
     
  • Nikkei 225

    28 774,13
    -90,19 (-0,31 %)
     
  • EUR/USD

    1,1906
    -0,0018 (-0,15 %)
     
  • HANG SENG

    28 708,93
    -389,36 (-1,34 %)
     
  • BTC-EUR

    42 362,46
    +277,84 (+0,66 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 022,40
    +79,22 (+8,40 %)
     
  • S&P 500

    3 841,94
    +73,47 (+1,95 %)
     

Présidentielle 2022 : À droite, des candidats en veux-tu en voilà!

·2 min de lecture

Les candidatures pour la présidentielle se bousculent au portillon à droite. Des candidats de troisième et de deuxième division qui n'arrivent pas à la cheville d'Edouard Philippe, grand favori, à ce jour, des sondages.

Il s’appelle Philippe Juvin, professeur de médecine à l’hôpital Georges Pompidou, présent sur tous les plateaux de télévision depuis les premières heures du Covid, maire LR (Les Républicains) de La Garenne-Colombes (Hauts-de-Seine). Il a fait connaître sa volonté de se présenter à la primaire de la droite- si elle a lieu...- qui désignera le candidat à l’élection présidentielle de 2022. « Je me prépare », a signifié le docteur et ce, à de multiples reprises. Et d’un ! Gaël Perdriau, réélu de fort brillante façon maire LR de Saint-Etienne en 2020, a révélé d’une formule lapidaire qu’il « réfléchit à la présidentielle ». Et de deux ! David Lisnard, maire de Cannes, s’abstient lui de toute annonce, mais son entourage susurre que, lui aussi, pourrait offrir son corps et son esprit à la Nation et, en conséquence, concourir à la fonction suprême de la République. Et de trois !

Cette cavalcade des « seconds couteaux »- et ce n’est pas réduire les mérites ou les talents de Messieurs Juvin, Perdriau et Lisnard que de les qualifier de la sorte- a fini par provoquer sarcasmes et réprimandes parmi les « notables » de LR. C’est ainsi que le député et ancien ministre du budget Éric Woerth, par ailleurs président de la commission des finances à l’Assemblée nationale, s’est cru autorisé à quelques railleries: « pour émerger, il faut être porteur d’une idée, d’une vision, d’une espérances crédibles et sérieuses pour les Français ». Le député des Alpes-Maritimes Eric Ciotti n’est guère plus aimable: « chacun peut faire valoir ses prétentions... En 2016 [lors de la précédente primaire de la droite], nous avions [en lice] un ancien président [Sarkozy] et deux anciens premiers ministres [Fillon et Juppé] »... Comme un rappel à l’ordre, à la retenue surtout.

Le casse-tête des primaires

Passons ensuite de ces postulants « 3ème division » aux éventuels candidats « 2ème division ». Le sénateur Bruno Retailleau et « Monsieur Brexit », Michel Barnier, appartiennent, eux, à cette catégorie, c[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi