La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 229,25
    -250,35 (-0,73 %)
     
  • Nasdaq

    14 121,63
    +52,21 (+0,37 %)
     
  • Nikkei 225

    29 161,80
    +213,07 (+0,74 %)
     
  • EUR/USD

    1,2127
    +0,0021 (+0,17 %)
     
  • HANG SENG

    28 842,13
    +103,23 (+0,36 %)
     
  • BTC-EUR

    33 021,87
    +1 868,28 (+6,00 %)
     
  • CMC Crypto 200

    999,85
    +31,01 (+3,20 %)
     
  • S&P 500

    4 235,68
    -11,76 (-0,28 %)
     

Présidentielle: à droite, François Baroin décroche dans les intentions de vote face à Xavier Bertrand

·2 min de lecture

SONDAGE EXCLUSIF - A droite, François Baroin est largement distancé par Xavier Bertrand dans les intentions de vote au premier tour de la présidentielle, selon notre sondage Harris Interactive. Le Monsieur X des chiraco-sarkozystes rassemblerait tout juste la moitié des électeurs de François Fillon en 2017.

L’ivresse réjouissante d’un pays en terrasse, avec une levée de masques imminente portée au crédit de l’exécutif, n’a pas suffi. Confinés ou déconfinés, près de la moitié des Français confirment dans notre sondage exclusif Harris Interactive pour Challenges*, pour le second tour, leur intention de voter en faveur de Marine Le Pen (+1% en une semaine, à 47%). Emmanuel Macron, en recul d’un point, sauve la mise, sans panache. Le barrage républicain se meurt: 58% des électeurs de Xavier Bertrand se reporteraient sur Le Pen ou ne prendraient pas part au vote (blanc, nul, abstention). 68% des électeurs de Jean-Luc Mélenchon feraient de même, ainsi que 53% des électeurs d’ et 41% des électeurs de Yannick Jadot, Si le phénomène d’acceptation de l’extrême-droite a déjà été observé entre les deux tours du scrutin présidentiel de 2017, sur tout le spectre de l’électorat, il s’apparente de plus en plus à l’attitude des Italiens vis-à-vis des héritiers du fascisme, en passe de conquérir la municipalité de Rome.

Au terme de son mandat, le chef de l’Etat pourra se flatter d’avoir -toujours plus faible et plus divisée- et atomisé la droite -sans chef, ni pensée, donc sans base électorale. Même l’aspiration écologique, dont Emmanuel Macron a renoncé à faire un marqueur de son quinquennat, n’est pas incarnée par les puissants édiles de Bordeaux, Lyon ou Grenoble. Mais sur ce champ de ruines à 360°, l’"enmarchisme" n’a pour l’heure construit aucune dynamique. "Même si les Français approuvent globalement la gestion de la crise sanitaire, y compris la restriction de liberté , ils déconnectent ce jugement de leur choix politique", observe Jean-Daniel Lévy, directeur délégué d’Harris Interactive. Puissant, mais vulnérable; vulnérable, mais imbattable: tel est le mystère Macron.

Face à cette équation inédite, ses adversaires naviguent à vue: la petite dynamique de Mélenchon l’insoumis s’inverse cette semaine (-1%, 11%), tandis que la maire de Paris se hisse d’un point symbolique au-dess[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi