La bourse est fermée
  • Dow Jones

    35 154,31
    +254,97 (+0,73 %)
     
  • Nasdaq

    15 774,23
    +282,57 (+1,82 %)
     
  • Nikkei 225

    28 283,92
    -467,70 (-1,63 %)
     
  • EUR/USD

    1,1268
    -0,0052 (-0,46 %)
     
  • HANG SENG

    23 852,24
    -228,28 (-0,95 %)
     
  • BTC-EUR

    51 424,26
    +2 934,63 (+6,05 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 454,78
    +25,85 (+1,81 %)
     
  • S&P 500

    4 658,30
    +63,68 (+1,39 %)
     

Le président tchèque incapable d'assurer ses fonctions, selon le président du Sénat

·2 min de lecture

Le président tchèque Milos Zeman ne sera pas en capacité de reprendre ses fonctions en raison de la dégradation de son état de santé, a déclaré ce lundi 18 octobre le président du Sénat. Celui-ci demande donc au Parlement le transfert d'une partie des compétences présidentielles afin de désigner un nouveau gouvernement. Car Milos Zeman a été hospitalisé au lendemain des élections législatives du 9 octobre et c'est lui, selon la Constitution tchèque, qui est censé désigner le nouveau Premier ministre.

« Étant donné la nature de sa maladie, l'hypothèse de son retour est peu probable. » D'une phrase, le président du Sénat tchèque écarte la possibilité de voir Milos Zeman revenir au pouvoir, en tous cas dans les semaines prochaines. Pour Milos Vystrcil, il faut donc en tirer les conséquences et mettre en œuvre l'article de la Constitution tchèque qui autorise le Parlement à déclarer le président « incapable d'exercer ses fonctions ».

Si les deux chambres du Parlement donnent leur feu vert, une partie des pouvoirs présidentiels sera transférée au Premier ministre sortant et au président de la Chambre basse. C'est alors à lui que reviendra la tâche de nommer le nouveau gouvernement.

À lire aussi : République tchèque: le président Zeman hospitalisé au lendemain des législatives

Un moment crucial pour le pays

Car Milos Zeman a été hospitalisé à un moment crucial pour la République tchèque, au lendemain d'élections législatives qui ont vu la défaite du Premier ministre sortant, le milliardaire Andrej Babis, et la victoire d'une coalition de partis d'opposition situés au centre et à droite de l'échiquier politique. Andrej Babis avait d'abord déclaré que le président tchèque lui avait promis de le désigner pour former un nouveau gouvernement. Il a finalement reconnu sa défaite.

Il faudra attendre cependant le début du mois de novembre pour que le nouveau Parlement se réunisse. D'ici là, le Premier ministre sortant sera chargé de gérer les affaires courantes.

À lire aussi : Législatives tchèques: le Premier ministre Andrej Babiš battu par l'alliance de centre-droit

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles