Publicité
La bourse ferme dans 4 h 59 min
  • CAC 40

    7 496,35
    -6,92 (-0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 847,58
    +8,44 (+0,17 %)
     
  • Dow Jones

    38 589,16
    -57,94 (-0,15 %)
     
  • EUR/USD

    1,0705
    -0,0003 (-0,03 %)
     
  • Gold future

    2 336,80
    -12,30 (-0,52 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 281,65
    -719,70 (-1,16 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 359,36
    -28,80 (-2,08 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,27
    -0,18 (-0,23 %)
     
  • DAX

    17 998,14
    -3,88 (-0,02 %)
     
  • FTSE 100

    8 128,72
    -18,14 (-0,22 %)
     
  • Nasdaq

    17 688,88
    +21,28 (+0,12 %)
     
  • S&P 500

    5 431,60
    -2,14 (-0,04 %)
     
  • Nikkei 225

    38 102,44
    -712,12 (-1,83 %)
     
  • HANG SENG

    17 936,12
    -5,66 (-0,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,2661
    -0,0025 (-0,20 %)
     

« Président raté », « calcul machiavélique » : La presse étrangère ne ménage pas Macron

AFP / LUDOVIC MARIN

Auto-sauvetage de mi-mandat ou « mariage politique forcé », la presse étrangère se questionne sur la décision « étonnamment dangereuse » d’Emmanuel Macron de dissoudre l’Assemblée nationale.

Les prévisions ne sont pas bonnes. « Fin juin et début juillet seront une période chaude, très chaude pour la France », annonce le quotidien italien Corriere del Ticino. Pour la presse étrangère, une question se pose depuis dimanche soir, alors que le chef de l’Etat a répondu au choc par le choc en annonçant la dissolution de l’Assemblée nationale, peu de temps après l’annonce des résultats spectaculaires du Rassemblement national aux élections européennes : A quoi joue Emmanuel Macron ? « La France est toujours un mystère, s’étonne le New York Times. Son mécontentement et son instabilité perpétuels contrastent avec sa prospérité et sa beauté… Mais [cet événement] est une surprise aux proportions inhabituelles ».

Lire aussiSondage législatives 2024 : raz-de-marée des députés RN en vue à l’Assemblée

Un « risque inévitable » ?

La décision, actée par le président français après la défaite aux élections européennes et pour relancer son quinquennat, est un pari risqué. Macron « joue avec un feu politique » titre The Guardian, pourtant familier avec le tempérament de l’intéressé : « Même venant d’un Président qui a créé son propre mouvement pour démolir le centre gauche et le centre droit traditionnels, il s’agit d’un geste étonnement dangereux ».

PUBLICITÉ

Aurait-il pu faire autrement ? Le quotidien italien Il Post en doute : « Le risque qu’a pris Macron en convoquant les élections législatives était […] inévitable : le Président connaissait depuis longtemps d’importants problèmes de popularité […]. Il avait été accusé d’être éloigné du peuple, de gouverner de manière autoritaire et d’avoir centralisé le pouvoir entre ses mains en recourant trop souvent à l’article 49.3 ».

« Ramener Le Pen sur terre »

Le New York Times n’est pas du même avis. Après la raclée accusée par le [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi