La bourse ferme dans 8 h 20 min
  • CAC 40

    6 524,44
    0,00 (0,00 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 757,22
    +31,83 (+0,85 %)
     
  • Dow Jones

    32 832,54
    +29,04 (+0,09 %)
     
  • EUR/USD

    1,0204
    +0,0009 (+0,09 %)
     
  • Gold future

    1 801,90
    -3,30 (-0,18 %)
     
  • BTC-EUR

    23 375,31
    -74,47 (-0,32 %)
     
  • CMC Crypto 200

    557,69
    +14,82 (+2,73 %)
     
  • Pétrole WTI

    90,10
    -0,66 (-0,73 %)
     
  • DAX

    13 687,69
    +113,76 (+0,84 %)
     
  • FTSE 100

    7 482,37
    0,00 (0,00 %)
     
  • Nasdaq

    12 644,46
    -13,14 (-0,10 %)
     
  • S&P 500

    4 140,06
    -5,13 (-0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    27 999,96
    -249,28 (-0,88 %)
     
  • HANG SENG

    20 041,46
    -4,31 (-0,02 %)
     
  • GBP/USD

    1,2083
    +0,0001 (+0,01 %)
     

Le président émirati "MBZ" à Paris : une visite symbolique sans contrats majeurs attendus

T. Samson/AFP

Alors que les relations entre Paris et Abou Dhabi sont au beau fixe, illustrées par la vente de 80 avions Rafale en 2021, la visite officielle en France du président des Émirats arabes unis, Mohamed ben Zayed, est avant tout symbolique et ne devrait pas déboucher sur d'importants contrats.

Le meilleur ami de la France dans la péninsule arabique est arrivé à Paris, dimanche 17 juillet, pour deux jours de visite officielle. Ce déplacement revêt une dimension historique puisqu'il s'agit du premier voyage officiel à l'étranger depuis que Mohamed ben Zayed ("MBZ") a accédé . La venue de l'homme fort de ce richissime État composé de sept émirats, ne devrait toutefois pas déboucher sur une myriade de contrats sonnants et trébuchants. "L'axe principal de la visite portera sur l'énergie avec des annonces attendues de garanties émiraties concernant les quantités de diesel fournies à la France" précise une source diplomatique.

Dominées par les hydrocarbures, les exportations des EAU vers la France ont atteint en 2019 un record absolu de 1,5 milliard d'euros, dont une grande partie de produits pétroliers raffinés, mais les Émirats ne fournissent actuellement pas de diesel à l'Hexagone. Depuis le début de la guerre en Ukraine, la France, qui, comme l'Union européenne, , a régulièrement fait un appel du pied à l'allié émirati. "Les EAU sont disposés à aider la France mais ils ne peuvent pas non plus faire de miracle, observe Bertrand Besancenot, ancien ambassadeur de France au Qatar et en Arabie saoudite.

La production pétrolière émiratie, comme saoudienne, est proche de son plafond. Il est donc difficile de croire que les EAU vont combler le manque induit par l'embargo contre Moscou." En tournée dans le Golfe, Joe Biden vient d'ailleurs d'essuyer un refus poli de l'Arabie saoudite qui a réaffirmé qu'elle pour stopper la flambée des cours.

Mubadala au soutien de l'économie tricolore

Au-delà de la question pétrolière, des accords pourraient être signés dans le domaine de la transition énergétique, notamment concernant des projets liés à l'hydrogène. "Il y aura des annonces mais elles seront modestes comparé à la visite d'Emmanuel Macron à Dubaï en décembre 2021" poursuit la source diplomatique précitée. A cette occasion, , un mégacontrat record estimé à 14 milliard[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles