La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 233,94
    +67,67 (+0,94 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 257,98
    +16,86 (+0,40 %)
     
  • Dow Jones

    33 926,01
    -127,93 (-0,38 %)
     
  • EUR/USD

    1,0798
    -0,0113 (-1,04 %)
     
  • Gold future

    1 877,70
    -53,10 (-2,75 %)
     
  • BTC-EUR

    21 438,40
    -376,95 (-1,73 %)
     
  • CMC Crypto 200

    535,42
    -1,43 (-0,27 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,23
    -2,65 (-3,49 %)
     
  • DAX

    15 476,43
    -32,76 (-0,21 %)
     
  • FTSE 100

    7 901,80
    +81,64 (+1,04 %)
     
  • Nasdaq

    12 006,96
    -193,86 (-1,59 %)
     
  • S&P 500

    4 136,48
    -43,28 (-1,04 %)
     
  • Nikkei 225

    27 509,46
    +107,41 (+0,39 %)
     
  • HANG SENG

    21 660,47
    -297,89 (-1,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,2056
    -0,0173 (-1,41 %)
     

Présidence de LR : Ciotti et Wauquiez montrent leurs muscles avant l'élection à la tête du parti

Sipa

Pour son dernier meeting de campagne avant le scrutin de dimanche pour la présidence du parti Les Républicains, Eric Ciotti a mis en avant une myriade de soutiens, tout en épargnant son concurrent Bruno Retailleau.

La scène avait un petit côté "Avengers" de la droite. Eric Ciotti, Laurent Wauquiez et Rachida Dati réunis au siège des Républicains devant une petite foule extatique de retraités munis de fanions tricolores. Pour son dernier meeting de campagne, jeudi soir à Paris, le député des Alpes-Maritimes, arrivé en tête du premier tour de l'élection interne pour désigner le prochain président de LR, a montré ses forces. A commencer par un camaïeu de soutiens : le sarkozyste Frédéric Péchenard, la filloniste Valérie Boyer, la directrice adjointe de la campagne d'Aurélien Pradié Aurélie Assouline, la présidente de la puissante fédération LR d'Île-de-France Agnès Evren, la secrétaire fédérale des Alpes-Maritimes Michèle Tabarot, le président des jeunes LR Guilhelm Carayon, la conseillère de Paris Marie-Claire Carrère-Gée...

Le favori du scrutin, qui a aussi engrangé ce vendredi le soutien des chiraquiens Christian Jacob et François Baroin, entend démontrer qu'il rassemble large au sein de sa famille politique. Et mieux conjurer le "plafond de verre" qui l'avait vu buter sur la dernière marche lors de la primaire interne organisée par son parti pour désigner son candidat à la présidentielle en 2021, après être sorti en tête du premier tour. "Il est temps de donner sa chance à Eric, qui est arrivé deux fois en tête au premier tour des élections de notre famille politique", lançait ainsi Agnès Evren. Un argument certes un peu bancal mais reçu cinq sur cinq par les militants LR présents rue de Vaugirard, qui entonnaient : "Ciotti au Parti, Dati à Paris, Wauquiez à l'Elysée".

Wauquiez, un VRP en campagne

Le président de la région Rhône-Alpes-Auvergne, en retrait depuis le fiasco des élections européennes de 2019, mais qui a inauguré ces dernières semaines une nouvelle séquence médiatique, a longuement défendu la candidature de son "ami" Eric Ciotti, vantant la "clarté" et la "colonne vertébrale gaulliste" du député des Alpes-Maritimes. "Avec Eric, depuis que nous nous connaissons, n[...]

Lire la suite sur challenges.fr