La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,14
    +96,81 (+1,54 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 017,44
    +64,99 (+1,64 %)
     
  • Dow Jones

    34 380,75
    +359,30 (+1,06 %)
     
  • EUR/USD

    1,2146
    +0,0062 (+0,51 %)
     
  • Gold future

    1 843,10
    +19,10 (+1,05 %)
     
  • BTC-EUR

    41 313,13
    +994,61 (+2,47 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 404,52
    +45,96 (+3,38 %)
     
  • Pétrole WTI

    65,37
    +1,55 (+2,43 %)
     
  • DAX

    15 416,64
    +216,96 (+1,43 %)
     
  • FTSE 100

    7 043,61
    +80,28 (+1,15 %)
     
  • Nasdaq

    13 429,98
    +304,99 (+2,32 %)
     
  • S&P 500

    4 173,74
    +61,24 (+1,49 %)
     
  • Nikkei 225

    28 084,47
    +636,46 (+2,32 %)
     
  • HANG SENG

    28 027,57
    +308,90 (+1,11 %)
     
  • GBP/USD

    1,4096
    +0,0045 (+0,32 %)
     

Les présentations virtuelles, "un jeu dangereux" pour Kris Van Assche, le directeur artistique de Berluti

franceinfo Culture avec agences, Corinne Jeammet
·1 min de lecture

"Le luxe ne peut que perdre la bataille" des présentations numériques, juge Kris Van Assche. Après avoir boudé la Fashion Week virtuelle parisienne, le directeur artistique de Berluti a présenté sa collection automne-hiver 2021-22 le 8 avril à Shanghai devant de vrais invités.

Le créateur belge de la maison française a envoyé en Chine sa collection masculine composée de 30 silhouettes, de couleurs vives et à l'allure décontractée, faite en collaboration avec le peintre russe Lev Khesin.

A l’heure des restrictions sociales, les relations humaines se réinventent et le monde se voit contraint d’apprendre à vivre ensemble mais séparément. La collection Living Apart Together a été présentée à travers une œuvre digitale à Paris et une présentation à Shanghai. Kris Van Assche s'est associé au vidéaste Antoine Asseraf et au consultant créatif Yoann Lemoine (alias Woodkid) pour cette expérience virtuelle.

"En vidéo, on peut tricher"

Pourquoi Shanghai ? Parce que c'est "un marché porteur" et "le seul endroit où l'on peut présenter les vêtements à un public vivant". Ne pouvant pas lui-même voyager et superviser sur place le tombé de chaque pièce, le créateur a renoncé au défilé. Mais 500 invités ont pu toucher et essayer les vêtements présentés sur des cintres après avoir regardé le film de sa collection.

Pour le styliste, impossible d'organiser un défilé sans être physiquement sur place. "Je ne voulais pas donner la responsabilité à quelqu'un d'autre de choisir les mannequins, les (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi