Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 966,68
    +55,08 (+0,70 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 872,57
    +17,21 (+0,35 %)
     
  • Dow Jones

    39 131,53
    +62,42 (+0,16 %)
     
  • EUR/USD

    1,0825
    -0,0002 (-0,02 %)
     
  • Gold future

    2 045,50
    +14,80 (+0,73 %)
     
  • Bitcoin EUR

    47 164,25
    -512,23 (-1,07 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,56
    -2,05 (-2,61 %)
     
  • DAX

    17 419,33
    +48,88 (+0,28 %)
     
  • FTSE 100

    7 706,28
    +21,79 (+0,28 %)
     
  • Nasdaq

    15 996,82
    -44,80 (-0,28 %)
     
  • S&P 500

    5 088,80
    +1,77 (+0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    39 098,68
    +836,48 (+2,19 %)
     
  • HANG SENG

    16 725,86
    -17,09 (-0,10 %)
     
  • GBP/USD

    1,2671
    +0,0013 (+0,10 %)
     

Prélèvement bancaire : cette nouvelle faille de sécurité peut vous coûter plusieurs centaines d'euros

Fraude aux prélèvements bancaires : de quelle ampleur est la faille de sécurité ? - © Björn Wylezich - stock.adobe.com
Fraude aux prélèvements bancaires : de quelle ampleur est la faille de sécurité ? - © Björn Wylezich - stock.adobe.com

C'est une nouvelle fraude qui inquiète autant les banques que leurs clients. Un prélèvement inconnu oscillant entre 300 et 600 euros est apparu sur le compte bancaire de dizaines de personnes, au minimum, et, pour certains, plusieurs fois. Intitulé « PRÉLÈVEMENT EUROPÉEN DE : ENS XXX euros », ce prélèvement pour des soit-disant « travaux de maintenance » n'a fait l'objet d'absolument aucune validation et laisse craindre une faille de sécurité importante. Et visiblement, la société baptisée ENS n'existe pas, révèle Le Parisien ce mardi.

Les pirates utilisent le système européen de virement SEPA (Single Euro Payments Area) qui couvre les 28 pays membres de l'Union européenne, les pays membres de l'Espace économique européen, ainsi que la Suisse, Andorre, Monaco, Saint-Marin et le Vatican. Pour engager les virements, ils ont probablement subtilisé, d'une manière ou d'une autre, l'IBAN des victimes. « On ignore encore toutefois s'il s'agit bien d'une arnaque, de fausses signatures pour permettre ce mandat, d'une défaillance de vérification des banques ou tout simplement d'un bug informatique », écrit le quotidien.

Le client plutôt bien protégé

Bonne nouvelle néanmoins, selon le site communautaire de protection contre les escroqueries d'Internet « Signal Arnaques », il est assez simple de régler le problème. Il faut demander un remboursement auprès du conseiller bancaire et/ou de contester ce virement en ligne sur le site Internet de leur établissement bancaire.

Lire la suite sur MoneyVox

Voir également
- Salaire : ces 3 primes que vous ne devez pas oublier de déclarer aux impôts
- « Il faut gagner 800 euros de plus par mois »... La nouvelle hausse des taux immobiliers se paie cash
- L'allocation adultes handicapés versée par la CAF augmente de plus de 50 euros dès vendredi