La bourse est fermée

Prélèvement à la source : pourquoi quitter sa boîte cette année peut être une aubaine fiscale

Avec l’année blanche, certaines indemnités versées à l’occasion d’une rupture du contrat de travail en 2018 seront moins imposées, voire pas taxées du tout. Mais attention, le système n’est pas avantageux dans tous les cas, comme le démontrent nos simulations.

Vous êtes salarié et envisagez de claquer la porte ? C’est peut-être l’année pour le faire… La mise en place du prélèvement à la source, avec la fameuse année blanche fiscale pour les revenus touchés en 2018, va en effet créer un effet d’aubaine, certaines indemnités versées à l’occasion de la rupture d’un contrat de travail étant moins taxées que d’habitude, voire pas imposées du tout.

Ainsi, l’indemnité compensatrice de préavis, versée lorsque le salarié quitte l’entreprise sans effectuer ce préavis, n’est pas considérée comme un revenu exceptionnel, et échappe donc à l’impôt. La logique est la même pour l’indemnité compensatrice de congés payés, attribuée au titre des congés non pris avant le départ, du moins pour les congés liés à l’année en cours. “Concernant les congés engrangés au titre des années précédentes, l’administration ne s’est pas encore clairement positionnée mais il n’est pas illogique qu’elle les considérera comme un revenu exceptionnel, comme toute rémunération correspondant à une autre année que 2018”, estime Thomas Rone, expert en fiscalité au sein du cabinet Exco. Mais là encore, il y a une opportunité, puisque les revenus exceptionnels touchés en 2018 seront taxés selon votre taux moyen d’imposition, et non votre taux marginal, qui est toujours supérieur, comme l’avons déjà expliqué.

>> A lire aussi : Prélèvement à la source : le guide complet pour en tirer le meilleur

Pour vous permettre de visualiser les effets de cette année blanche, nous avons demandé à Thomas Rone de chiffrer le gain pour(...) Cliquez ici pour voir la suite