Publicité
La bourse ferme dans 6 h 16 min
  • CAC 40

    7 954,13
    -69,13 (-0,86 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 889,22
    -47,35 (-0,96 %)
     
  • Dow Jones

    37 775,38
    +22,07 (+0,06 %)
     
  • EUR/USD

    1,0655
    +0,0009 (+0,09 %)
     
  • Gold future

    2 400,10
    +2,10 (+0,09 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 679,55
    +2 864,68 (+4,95 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 332,52
    +19,90 (+1,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    83,14
    +0,41 (+0,50 %)
     
  • DAX

    17 661,23
    -176,17 (-0,99 %)
     
  • FTSE 100

    7 818,15
    -58,90 (-0,75 %)
     
  • Nasdaq

    15 601,50
    -81,87 (-0,52 %)
     
  • S&P 500

    5 011,12
    -11,09 (-0,22 %)
     
  • Nikkei 225

    37 068,35
    -1 011,35 (-2,66 %)
     
  • HANG SENG

    16 224,14
    -161,73 (-0,99 %)
     
  • GBP/USD

    1,2444
    +0,0006 (+0,05 %)
     

« Préférendum » : nos dirigeants craignent-ils l’expression démocratique du peuple français ?

XOSE BOUZAS / HANS LUCAS / HANS LUCAS VIA AFP

Le président de la République est décidemment un linguiste distingué. En recevant les différents responsables de l’opposition politique, il a inventé un nouveau concept et donc un nouveau mot : le « préférendum ». Il s’agirait, selon l’explication donnée par Olivier Véran, porte-parole du gouvernement, en ces termes : « Vous pouvez faire plusieurs référendums espacés dans le temps. Vous pouvez décider de poser plusieurs questions aux Français regroupés sur une seule journée. Ce que dit la Constitution, c’est que vous ne pouvez pas faire un seul scrutin avec des questions différentes. En revanche, la Constitution vous autorise à poser plusieurs questions le même jour, dans le cadre de scrutins donc indépendants, aux Français. Ce qui a été appelé préférendum », a-t-il expliqué. Il a aussi évoqué la possibilité d’un « pré-référendum », défini comme « une consultation nationale, sans valeur juridique : c’est-à-dire que vous interrogez les Français en leur posant des questions qui ne peuvent pas faire l’objet d’un référendum d’après la Constitution ».

Il s’agit donc pour le pouvoir politique, ni plus ni moins, de s’affranchir des règles de notre droit et de notre démocratie pour organiser, « à sa main », un processus qui ressemble à un référendum, en consultant les Français par un vote sur une ou plusieurs questions, dans des votations différentes, sans que cette consultation ait un effet juridique précis. Autrement dit, de « noyer le poisson » d’une question essentielle dan...


Lire la suite sur LeJDD