La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 765,52
    -30,23 (-0,44 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 080,15
    -27,87 (-0,68 %)
     
  • Dow Jones

    34 580,08
    -59,71 (-0,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,1317
    +0,0012 (+0,10 %)
     
  • Gold future

    1 782,10
    +21,40 (+1,22 %)
     
  • BTC-EUR

    43 380,57
    -4 573,36 (-9,54 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 367,14
    -74,62 (-5,18 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,22
    -0,28 (-0,42 %)
     
  • DAX

    15 169,98
    -93,13 (-0,61 %)
     
  • FTSE 100

    7 122,32
    -6,89 (-0,10 %)
     
  • Nasdaq

    15 085,47
    -295,85 (-1,92 %)
     
  • S&P 500

    4 538,43
    -38,67 (-0,84 %)
     
  • Nikkei 225

    28 029,57
    +276,20 (+1,00 %)
     
  • HANG SENG

    23 766,69
    -22,24 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3235
    -0,0067 (-0,50 %)
     

Pouvoir d'achat : pourquoi Emmanuel Macron prend son temps pour trancher

·1 min de lecture

Baisse de taxes ou chèque carburant ? Les derniers arbitrages sont en cours pour aider les Français à faire face à la hausse des prix des carburants. Pour l'exécutif, échaudé par la crise des gilets jaunes, le dossier est ultrasensible, à moins de six mois de l'élection présidentielle. Mais "la solution technique est difficile à faire atterrir", concède-t-on au sein du gouvernement. Le chef de l'État veut en effet à tout prix éviter que l'opinion publique s'enflamme. Et c'est bien ce paramètre qui est dans tous les esprits à l'Élysée.

Éviter "des manifs de cols blancs"

Si rien ne fuite pour l'heure, les quelques conseillers qui acceptent de parler aux journalistes ont deux mots à la bouche : "gilets jaunes". Il y a trois ans, quasiment à la même période de l'année, ce mouvement prenait corps, déclenché entre autres par la taxe carbone et la limitation de la vitesse à 80km/h. Et c'est bien ce que beaucoup redoutent dans l'entourage du chef de l'État : que cette colère endormie finisse par se réveiller cet automne au pire des moments, à six mois de la présidentielle.

>> Retrouvez Europe midi en replay et en podcast ici

C'est pour cette raison que la hausse des prix du gaz, de l'électricité et maintenant des carburants sont prises très au sérieux et qu'Emmanuel Macron et Jean Castex prennent autant de temps avant de trancher. Le chef de l'État et le Premier ministre entendent également ne pas exclure de ces mesures une partie de la population. "Après les gilets jaunes, on ...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles