La bourse ferme dans 6 h 52 min
  • CAC 40

    6 245,52
    -107,42 (-1,69 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 621,30
    -69,44 (-1,88 %)
     
  • Dow Jones

    31 490,07
    -1 164,52 (-3,57 %)
     
  • EUR/USD

    1,0499
    +0,0033 (+0,31 %)
     
  • Gold future

    1 812,10
    -3,80 (-0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    27 716,29
    -842,19 (-2,95 %)
     
  • CMC Crypto 200

    648,29
    -22,39 (-3,34 %)
     
  • Pétrole WTI

    108,95
    -0,64 (-0,58 %)
     
  • DAX

    13 760,45
    -247,31 (-1,77 %)
     
  • FTSE 100

    7 284,22
    -153,87 (-2,07 %)
     
  • Nasdaq

    11 418,15
    -566,37 (-4,73 %)
     
  • S&P 500

    3 923,68
    -165,17 (-4,04 %)
     
  • Nikkei 225

    26 402,84
    -508,36 (-1,89 %)
     
  • HANG SENG

    20 120,68
    -523,60 (-2,54 %)
     
  • GBP/USD

    1,2398
    +0,0055 (+0,45 %)
     

Pouvoir d'achat: le Medef favorable à des mesures "ciblées" sans "surréagir"

Aider les ménages à faire face à l'inflation des prix ? Le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux est pour. A condition de ne "pas surréagir" et de "cibler très précisément" les mesures d'aide.

Le président de la République a promis d'ici l'été un certain nombre de mesures (revalorisation des retraites, des minimas sociaux, chèque alimentaire, etc.) pour soutenir le pouvoir d'achat des Français face à l'inflation qui a atteint 4,8% en avril selon l'Insee, et qui pourrait dépasser dès le mois de mai les 5%. De son côté, le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux soutient lui aussi des mesures "ciblées", pour soutenir le pouvoir d'achat des Français, mais sans "surréagir".

Ce matin, sur l'antenne de RTL, Geoffroy Roux de Bézieux précisait sa pensée : "Dans l'inflation telle qu'elle se présente il y a des choses qui ne vont pas durer (...). Il ne faut pas surréagir et il faut surtout cibler très précisément" les mesures d'aide, a-t-il déclaré. Le Medef "n'est pas pour qu'on continue à faire du quoi qu'il en coûte", a-t-il encore insisté, préférant des mesures concentrées sur "les gens qui ont vraiment besoin".

Le Medef prône des mesures ciblées, pour sortir du "quoi qu'il en coûte"

L'organisation patronale a notamment proposé la création d'un "chèque essence" que les entreprises pourraient verser à leurs salariés qui viennent travailler en voiture. "80% des salariés viennent en voiture au travail et avec un prix du super ou du gazole à 2 euros, ça coute cher d'aller travailler", a reconnu Geoffroy Roux de Bézieux.

Cette accélération de l'inflation frappe aussi les entreprises, qui voient le coût des matières premières flamber. "On est face à des choses qu'on ne connait pas (...) La dernière fois qu'on a eu une inflation supérieure à 5%, c'était en 1983 je crois, moi j'étais encore à l'école. Donc oui c'est difficile", pour les entreprises, a estimé Geoffroy Roux de Bézieux.

Face à cette situation "les entreprises jouent leur rôle", en réduisant leurs marges pour ne pas répercuter totalement la hausse de leurs coûts dans leurs prix de vente, et pour certaines d'entre elles en ayant augmenté les salaires depuis le début de l'année.

"Évidemment si l'inflatio[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles