Marchés français ouverture 4 h 56 min
  • Dow Jones

    32 803,47
    +76,67 (+0,23 %)
     
  • Nasdaq

    12 657,55
    -63,04 (-0,50 %)
     
  • Nikkei 225

    28 197,19
    +21,32 (+0,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,0177
    -0,0010 (-0,10 %)
     
  • HANG SENG

    20 011,03
    -190,91 (-0,95 %)
     
  • BTC-EUR

    22 818,19
    +129,94 (+0,57 %)
     
  • CMC Crypto 200

    540,08
    +4,85 (+0,91 %)
     
  • S&P 500

    4 145,19
    -6,75 (-0,16 %)
     

Pouvoir d'achat: Macron prépare un nouveau plan pour les ménages

Kermalo/Rea

SERIE LEGISLATIVES: LES CHANTIERS EXPLOSIFS (1/3) - Macron prépare un nouveau plan de soutien aux ménages, qui alourdira le poids de la dette. Sans majorité, le vote s'annonce difficile.

L'épreuve du feu. D'ici au 6 juillet, , assorti d'un budget rectificatif, devrait être examiné par , sans aucune certitude d'être adopté. Ce sera la première bataille au Palais-Bourbon, et , qui diront probablement que l'exécutif n'en fait pas assez. Sacré paradoxe. Car pour amortir (5,2% sur un an) pour les ménages, le gouvernement n'a pas lésiné: , , , blocage des prix du gaz et de l'électricité… L'addition s'annonce salée pour le contribuable, la France faisant partie des plus généreux en Europe. Avec une conséquence: l'objectif de déficit public à 5% du PIB fin 2022 semble déjà compromis.

Dérapage des dépenses

Au total, la facture dépasse déjà les 38 milliards d'euros pour 2021-2022, dont 18 milliards rien que pour la baisse de la taxe sur l'électricité et le gel des tarifs du gaz. Et encore, ce montant n'inclut pas certaines mesures dont on ne connaît pas les modalités précises, comme le dégel du point d'indice des fonctionnaires, la hausse des minima sociaux ou la nouvelle indemnité inflation, qui sera versée à la rentrée aux ménages modestes, en attendant le chèque alimentaire en 2023 . "La France a pris les mesures les plus massives et les plus complètes des grands pays européens, souligne Stéphane Colliac, de BNP Paribas . Elles vont amortir considérablement la chute du pouvoir d'achat, qui s'afficherait à 0,8% en 2022, au lieu de 3,1%."

Pour autant, il s'agirait tout de même d'un recul équivalent à celui de 2013, lors du choc fiscal massif imposé par . De quoi peser fortement sur les dépenses de consommation, qui ont déjà baissé d'1,5% au premier trimestre.

Lors du vote du budget 2022, à l'automne dernier, Bercy espérait une croissance du PIB de 4% grâce au rebond de l'activité post-Covid. Las, la Commission européenne ne prévoit plus que 3,1% tandis que l'OFCE et BNP tablent sur 2,4% et 2,3%. De quoi compliquer singulièrement l'équation budgétaire. D'autant que d'autres mesures vont faire grimper les dépenses, que ce soient les revalorisations des soign[...]

Lire la suite sur challenges.fr

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles