La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 765,52
    -30,23 (-0,44 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 080,15
    -27,87 (-0,68 %)
     
  • Dow Jones

    34 580,08
    -59,71 (-0,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,1317
    +0,0012 (+0,10 %)
     
  • Gold future

    1 783,90
    +21,20 (+1,20 %)
     
  • BTC-EUR

    43 385,48
    -168,48 (-0,39 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 367,14
    -74,62 (-5,18 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,22
    -0,28 (-0,42 %)
     
  • DAX

    15 169,98
    -93,13 (-0,61 %)
     
  • FTSE 100

    7 122,32
    -6,89 (-0,10 %)
     
  • Nasdaq

    15 085,47
    -295,85 (-1,92 %)
     
  • S&P 500

    4 538,43
    -38,67 (-0,84 %)
     
  • Nikkei 225

    28 029,57
    +276,20 (+1,00 %)
     
  • HANG SENG

    23 766,69
    -22,24 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3235
    -0,0067 (-0,50 %)
     

Pouvoir d'achat, impôts, prestations sociales... Qui a profité des années Macron?

·2 min de lecture

Entre les baisses d'impôts et les économies sur les prestations sociales, l'exécutif a distribué près de 24 milliards d'euros depuis 2017. Mais tous les Français n'en ont pas profité de la même manière. Les 1% les plus riches sont les grands gagnants.

C’est le sparadrap du capitaine Haddock. Malgré les mesures prises en faveur des classes moyennes et populaires, , malgré les aides massives liées au Covid, Emmanuel Macron peine toujours à se défaire de son étiquette de "président des riches". C’est pourquoi le bilan dressé par l’Institut des politiques publiques (IPP), organisme universitaire indépendant, était très attendu. Publié ce mardi 16 novembre, il passe au crible les mesures budgétaires pérennes prises par l’exécutif, en évacuant les mesures liées à la crise sanitaire comme le chômage partiel. Résultat, le chef de l’Etat aura tout de même distribué la bagatelle de 28,1 milliards d’euros en baisses de prélèvements. Dans le même temps, les économies sur les prestations sociales auront coûté aux ménages 4,2 milliards. L’impact final est donc positif de 23,9 milliards et le quinquennat aura bien bénéficié à presque tous les Français. De quoi aider le futur candidat à consolider son socle électoral.

Mais de traitement demeurent selon les revenus. Récemment, Bercy avait claironné que les plus modestes avaient été les grands bénéficiaires du quinquennat dans une étude qui divisait la population par tranche de 10% (décile). De son côté, l’IPP a regardé plus finement par tranche de 1% (centile). Et il en ressort que les sont ceux qui ont vu leur niveau de vie grimper le plus fortement. Lorsque lon regarde les montants bruts en euros, ils ont même gagné dix à vingt fois plus que les bas revenus! Un enrichissement lié à la et à la baisse de la taxation des dividendes. Des mesures massivement rejetées par les Français, que le chef de lEtat traîne comme un boulet. Revue de détail des gagnants et des quelques perdants de l’ère Macron.

Les plus pauvres moins bien lotis

Le gouvernement a crié victoire un peu vite, en octobre, . Contrairement à ce qu’il prétendait –une hausse de 4% du niveau de vie pour les 10% les plus pauvres, les moins aisés ressortent moins bien lotis que la moyenne des Français. Et pour cause,[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles