La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 097,21
    +1,22 (+0,02 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 178,01
    +4,03 (+0,10 %)
     
  • Dow Jones

    33 978,08
    +28,67 (+0,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,0874
    -0,0018 (-0,16 %)
     
  • Gold future

    1 927,60
    -2,40 (-0,12 %)
     
  • BTC-EUR

    21 156,84
    -278,24 (-1,30 %)
     
  • CMC Crypto 200

    526,66
    +9,65 (+1,87 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,38
    -1,63 (-2,01 %)
     
  • DAX

    15 150,03
    +17,18 (+0,11 %)
     
  • FTSE 100

    7 765,15
    +4,04 (+0,05 %)
     
  • Nasdaq

    11 621,71
    +109,30 (+0,95 %)
     
  • S&P 500

    4 070,56
    +10,13 (+0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    27 382,56
    +19,81 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    22 688,90
    +122,12 (+0,54 %)
     
  • GBP/USD

    1,2395
    -0,0012 (-0,10 %)
     

Pouvoir d’achat : Michel-Edouard Leclerc prévoit une flambée de l’inflation entre avril et juin

Pouvoir d’achat : Michel-Edouard Leclerc prévoit une flambée de l’inflation entre avril et juin

consommation - Selon l’Insee, l’inflation pourrait atteindre les 7 % en janvier

Après 5,2 % d’inflation annuelle moyenne en 2022 selon l’Insee, 2023 pourrait être une année tout aussi difficile, d’après les déclarations de Michel-Edouard Leclerc, le patron des magasins E. Leclerc. Dans une interview donnée au Journal du Dimanche ce week-end, l’homme a estimé que « l’inflation va continuer au moins pendant les six premiers mois de l’année » pour atteindre un pic entre avril et juin 2023.

Pour justifier ces estimations, Michel-Edouard Leclerc a d’abord rappelé que la hausse moyenne des prix alimentaires dans la distribution a été de 12 % en 2022, et que plusieurs des enseignes les moins chères, comme E. Leclerc ou Lidl, qui avaient négocié des étalements des hausses, n’ont pas fini de les répercuter sur leurs prix. « Chez E. Leclerc, nous continuons à prendre sur nos marges pour éviter la chute des ventes » a-t-il expliqué.

De nouvelles hausses demandées

De plus, le patron des magasins E. Leclerc aurait, en tant que distributeur, une bonne vision des hausses à venir. « Nous savons trois à quatre mois à l’avance comment les prix vont évoluer à travers nos centrales d’achats ». Les industriels réclameraient aujourd’hui « des hausses de prix allant de 12 à 30 % », avec des augmentations significatives demandées par les fournisseurs de croquettes ou l’industrie de la moutarde.

En clair, pour Michel-Edouard Le(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Inflation : Enfin revalorisé, le plan d’épargne logement retrouve du sens
Malgré l’inflation et la crise énergétique, l’année de la zone euro « sera bien meilleure » que prévu
Inflation et crise énergétique : Michèle, retraitée, nous ouvre ses comptes