La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 742,25
    -11,72 (-0,17 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 977,90
    -6,60 (-0,17 %)
     
  • Dow Jones

    34 429,88
    +34,87 (+0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,0531
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • Gold future

    1 797,30
    -3,80 (-0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    16 113,51
    -168,67 (-1,04 %)
     
  • CMC Crypto 200

    404,33
    +2,91 (+0,72 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,34
    -0,88 (-1,08 %)
     
  • DAX

    14 529,39
    +39,09 (+0,27 %)
     
  • FTSE 100

    7 556,23
    -2,26 (-0,03 %)
     
  • Nasdaq

    11 461,50
    -20,95 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    4 071,70
    -4,87 (-0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    27 777,90
    -448,18 (-1,59 %)
     
  • HANG SENG

    18 675,35
    -61,09 (-0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,2296
    +0,0040 (+0,33 %)
     

Poutine, Xi Jinping, Johnson… sous la plume avertie de la diplomate de tous les records Sylvie Bermann

Diplomate de tous les records, première femme à diriger les chancelleries de Pékin, de Londres (pendant le Brexit) puis de Moscou, Sylvie Bermann raconte quatre décennies d’histoire diplomatique. Extraits

Jeune retraitée du Quai d’Orsay, habituée des débats des chaînes d'information en continu, Sylvie Bermann a été la diplomate de tous les records. Première femme à diriger les chancelleries de Pékin, de Londres (pendant le Brexit) puis de Moscou, jusqu’à fin 2019, celle qui a mis un point d’honneur à être appelée "Madame l’ambassadeur" a également arpenté New York comme directrice des Nations Unies. Les quatre décennies d’histoire diplomatique dont elle a été le témoin lui donnent l’occasion de raconter les pays où elle a été en poste. Notamment la Chine, où elle fut étudiante et jeune diplomate, avant de diriger la chancellerie. Sa maîtrise du mandarin et son goût du voyage lui permettent de décrire des contrées dont elle a les clés. Même chose pour le pays de sa grand-mère Mina, la Russie, dont elle a une connaissance fine de la littérature et des arts. Ces mémoires lui permettent aussi de brosser des portraits surprenants, comme celui de Sergueï Lavrov, le très brutal ministre de Poutine, qu’elle a connu jeune diplomate à New York. Extraits

Lire aussiLongtemps en retard, le Quai d'Orsay compte de plus en plus d'ambassadrices

Couverture du livre de mémoire de la diplomate Sylvie Bermann. Crédit : Abaca, Tallandier
Couverture du livre de mémoire de la diplomate Sylvie Bermann. Crédit : Abaca, Tallandier

Madame l’ambassadeur, de Pékin à Moscou, une vie de diplomate, Sylvie Bermann, Ed Tallandier, 352 pages, oct 2022, 21,90 euros.

Pourquoi "Madame l’ambassadeur"?

Pendant toutes ces années de ruptures, le Quai d’Orsay s’est transformé peu à peu. La sociologie a évolué ; les formulaires, aujourd’hui informatisés, ne prévoient plus, comme lorsque je suis entrée en 1979, l’emplacement explicite pour la particule. Les grands dignitaires de la Maison ne s’étonnent plus que les jeunes diplomates aient leur salaire pour seul revenu. Le plafond de verre pour la carrière des femmes a été brisé avec ma nomination à Pékin, la première dans un grand poste, alors que je me souviens encore de l’apostrophe sonore du chef du protocole accueillant en 1979 ma promotion qui comptait trois femmes – "Bonjour, messieurs!" –, et à la sortie, des vœux de succès tout[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi